"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

amérindiens

Le mythe du chef indien

« […] Une croyance largement répandue veut que la plupart des Amérindiens aient des chefs ou autres formes de figures d’autorité indigènes. Elle n’est pas juste. De nombreuses sociétés amérindiennes sont égalitaires par tradition. La vie quotidienne y subit bien moins qu’on ne le croit en général l’influence de dirigeants. L’idée mal avisée selon laquelle la plupart des peuples indigènes des Amériques auraient naturellement des structures monarchiques s’explique par diverses raisons.

Premièrement, nous avons tendance à projeter sur les autres les valeurs et les mécanismes de nos propres sociétés ainsi que nos façons de procéder. Comme il nous est difficile d’imaginer notre société sans dirigeants, d’un type ou d’un autre, dotés en particulier du pouvoir d’imposer les règles sociales, peut-être nous est-il difficile d’imaginer que des sociétés anciennes fonctionnent bien sans de telles règles.

Deuxièmement, la vision de nombreux Occidentaux est fortement influencée par Hollywood et les autres modes de représentations fictives de ces sociétés. Les films, en effet, peignent rarement les sociétés indiennes sans chefs à la personnalité dynamique.

Enfin, et peut-être surtout, les sociétés occidentales préfèrent que les Amérindiens aient des dirigeants avec lesquels traiter. Il est par exemple quasi impossible d’avoir accès aux terres indiennes, ou même de céder juridiquement des terres aux Indiens, sans représentant. Il est souvent arrivé, comme dans la région de Xingu au Brésil ou ailleurs aux Amériques, que les chefs soient inventés et, dans bien des cas, investis du pouvoir artificiel d’être les représentants juridiques de « leur » peuple, afin de faciliter l’accès économique aux possessions indiennes. […] »

(Daniel L. Everett, Le monde ignoré des Indiens pirahâs, Flammarion, 2010)

Publicités

Amers Indiens

Deuxième volet du documentaire Terres indiennes proposé par Arte, ce soir (à 20 h 40). J’ai, pour ma part, raté le premier (la semaine dernière), mais tâcherai de ne pas manquer les suivants. Et vous ?

« Chacun des cinq épisodes de cette remarquable anthologie, produite et diffusée outre-Atlantique par la chaîne publique PBS, relate un moment charnière de l’histoire méconnue des Indiens d’Amérique. Chacun met en exergue la capacité de résistance des premiers Américains au cours des trois derniers siècles, pour rompre avec deux stéréotypes : féroces guerriers pour les uns, victimes pacifiques pour les autres. Une coopération exceptionnelle entre réalisateurs, anthropologues et historiens nous permet d’entendre la voix des Amérindiens – y compris dans leurs langues originales, préservées et sous-titrées dans cette version française. »

(extrait du site d’Arte)


Ciné-PP-club (2) : Danse avec les loups

Deuxième séance du Ciné-PP-club : Samedi 28 février. Toujours au 9, avenue Charles Siffert (Besançon). Même principe, mêmes horaires.

18 h : Danse avec les loups (première partie de la version longue du film mythique – aux 7 oscars – de Kevin Costner)

20 h : buffet

21 h 30 : Danse avec les loups (deuxième partie)

Déguisements autorisés.


Semaine des peuples premiers

Qu’on se le dise ! Du 20 au 29 novembre 2008, dans le cadre du mois du film documentaire, le coeur de la ville de Besançon battra au rythme des Amérindiens du Canada.

Une foultitude d’animations est prévue. Entre autres :

(suite…)