"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Ciné-PP-club (2) : Danse avec les loups

Deuxième séance du Ciné-PP-club : Samedi 28 février. Toujours au 9, avenue Charles Siffert (Besançon). Même principe, mêmes horaires.

18 h : Danse avec les loups (première partie de la version longue du film mythique – aux 7 oscars – de Kevin Costner)

20 h : buffet

21 h 30 : Danse avec les loups (deuxième partie)

Déguisements autorisés.

Publicités

27 Réponses

  1. sans nous, on est de mariage ..

    février 23, 2009 à 13 h 09 min

  2. Encore ???
    Si vous venez par chez nous à une autre date, on vous fera en tout cas une projection rien que pour vous, dak ?

    février 23, 2009 à 15 h 12 min

  3. Au fait, Yasté, c’est normal que la photo que j’avais placée pour illustrer l’article ait disparu ? Elle n’était pas « libre de droit », c’est ça ?

    février 23, 2009 à 16 h 28 min

  4. J’avais d’abord imaginé revoir (quinze ans après !) Danse avec les loups le même soir que Little Big Man, afin de comparer l’image des Sioux (ainsi que les grandes dates de leur histoire : Little Big Horn, Wounded Knee…) véhiculée, à plus de vingt ans d’intervalle, par ces deux films-cultes.

    Mais la version longue de Danse avec les loups fait près de quatre heures. On visionnera donc Little Big Man (avec peut-être La flèche brisée ou je ne sais quel autre « indianofilm ») lors d’une prochaine séance du Ciné-PP-club.

    février 23, 2009 à 18 h 47 min

  5. Vincent

    Depuis le temps (plus de vingt ans) que je traîne avec ce livre de Recettes typiques des indiens, de Bernard Assiniwi, je vais enfin pouvoir saisir l’occasion d’en tester quelques-unes.

    N’attendez cependant pas de voir sur le buffet le Makwassiniwi (Ours en cubes), l’Amik-wiiass (Castor à l’Algonquine) ou le Mons-ode-ima (Coeur d’orignal), je manque en effet d’ingrédients. Mais y’a des soupes, des salades, des desserts, des boissons — voire même le fameux Pemmican (si je trouve de la viande séchée) — qui me paraissent réalisables.

    Si quelqu’un veut participer au fest-indien, je peux fournir ici les recettes.

    février 24, 2009 à 9 h 35 min

  6. Vincent

    Autre façon de se préparer pour la soirée de samedi : en relisant des paroles amérindiennes.
    Exemple : http://www.partiprehistorique.fr/2008/05/13/parole-amerindienne-1-sitting-bull/

    février 24, 2009 à 9 h 54 min

  7. 120

    Ecrit par Tatanga Mani (Walking Buffalo) :

    Nous étions un peuple sans lois, mais nous étions en très bon stermes avec le Grand Esprit, créateur et maître de toutes choses. Vous, Blancs, présumiez que nous étions des sauvages. Vous ne compreniez pas nos prières. Vous n’avez pas essayé de les comprendre. Quand nous chantions nos louanges au soleil, à la lune ou au vent, vous disiez que nous adorions des idoles. Sans nous comprendrre, vous nous avez condamnés comme des âmes perdues, simplement parce que notre culte était différent du vôtre.

    Nous voyions la main du Grand ESprit dans presque tout : soleil, lune, arbres, vent et montagnes. Parfois, nous l’approchions à travers toutes ces choses. Etait-ce si mal ? Je pense que nous croyons sincèrement en l’Etre suprême ; d’une foi plus forte que celle de bien des Blancs qui nous ont traités de païens… Les Indiens qui vivent près de la nature et du maître de la nature ne vivent pas dans l’obscurité.

    Saviez-vous que les arbres parlent ? Ils le font, cependant. Ils se parlent entre eux et vous parleront si vous les écoutez. L’ennui, c’est que les Blancs n’écoutent pas. Ils n’ont jamais appris à écouter les Indiens, aussi je doute qu’ils écoutent les autres voix de la nature. Pourtant, les arbres m’ont beaucoup appris : tantôt sur le temps, tantôt sur les animaux, tantôt sur le Grand Esprit.

    (Paroles indiennes, Textes indiens d’Amérique du Nord recueillis par Michel Piquemal, Albin Michel, 1993)

    février 24, 2009 à 10 h 12 min

  8. Amélie

    Yatsé me demandait en off où Vincent allait trouver des fesses d’ours pour le ragout de samedi.
    je ne résiste pas à vous faire participer à notre conversation :
    florian dit :
    tu vas manger tes fesses ?
    amélie dit :
    ben ouais
    amélie dit :
    filière courte
    amélie dit :
    décroissance
    florian dit :
    mais pourquoi tu veux faire ca ?
    florian dit :
    rdmmmmmmmmmmm
    amélie dit :
    directement du producteur au consommateur
    amélie dit :
    ben une expérience !
    amélie dit :
    pis ça me fera perdre du volume en plus
    florian dit :
    lol
    florian dit :
    n’importe quoi
    amélie dit :
    lol
    florian dit :
    commencez par les parties qui repoussent
    florian dit :
    genre les ongles
    florian dit :
    ou les cheveux
    amélie dit :
    ben crois moi, les fesses, ça repousse !!!!
    florian dit :
    surtout les tiennes
    florian dit :
    et vous ferez du savon aussi ?
    amélie dit :
    ouais
    florian dit :
    ok question inverse
    florian dit :
    pourquoi faut pas se manger ?
    amélie dit :
    chais pas
    amélie dit :
    c’est un truc catho comme pas se masturber ?
    florian dit :
    réponse facile
    florian dit :
    je dirais que ca peut etre dangereux ?
    amélie dit :
    pourquoi ?
    florian dit :
    physiquement, moralement
    amélie dit :
    pourquoi ?
    florian dit :
    physiquement si tu te rates
    florian dit :
    t’es pas médecin
    florian dit :
    tu prends pas les bons outils
    florian dit :
    tu sterilises pas correctement
    florian dit :
    tu peux créer des infections débilement
    florian dit :
    moralement, c’est la porte ouverte à toutes les fenetres
    amélie dit :
    mdr
    florian dit :
    dont les deux homos qui s’étaient bouffés la bite
    amélie dit :
    tu fais mourir de rire sobelo que j’ai en ligne
    florian dit :
    et dont un était mort puis découpés en morceaux, stockés au frigo
    florian dit :
    beurk
    florian dit :
    elle en pense quoi sobelo ?
    amélie dit :
    elle est pétée de rire
    florian dit :
    bah vous m’aidez pas à te convaincre de pas le faire la
    amélie dit :
    MDRR
    florian trinaps dit :
    et pourquoi tu le ferais ?

    février 24, 2009 à 13 h 42 min

  9. Amélie

    et de conclure :
    « bande de cannibaux ! m’en fous j’ai l’éthique de mon côté ! »

    février 24, 2009 à 13 h 44 min

  10. Amélie

    question à tous : les indiens étaient-ils anthropophages ?
    concevez-vous le fait de se nourrir de sa propre chair ?

    février 24, 2009 à 14 h 35 min

  11. Amélie

    Kuru rôde…

    février 24, 2009 à 15 h 27 min

  12. Les Indiens d’Amérique du Nord, à ma connaissance, non (mais je vais tâcher de vérifier), ce qui n’empêchait pas certaines tribus d’être extrêmement sanguinaires (ce qu’on ne risque pas de voir dans Danse avec les loups, j’imagine).

    En Amérique du Sud, en revanche, il y a (ou a eu) de l’anthropophagie, me semble-t-il, non ?

    Quant à « concevoir » manger sa propre chair, tout dépend me semble-t-il du cadre symbolique dans lequel ça se déroule.

    février 24, 2009 à 15 h 28 min

  13. Barbarella

    le Kuru
    Le premier cas semble avoir été décrit dans les années 1920, mais la médecine s’y intéresse depuis les années 1950. La maladie concerne une population aborigène des hauteurs de l’est de la Papouasie, qui consommait le corps des défunts lors d’un rituel religieux. Ce cannibalisme semble s’être arrêté au milieu des années 1950 sous la pression de l’administration australienne.

    Elle touchait surtout les femmes et les enfants qui mangeaient le système nerveux central. Les hommes, consommant les muscles, étaient épargnés[1]. Il semble qu’il existe une susceptibilité génétique expliquant également l’atteinte spécifique de cette population.

    Le nombre total de cas avoisine les 2700.

    février 24, 2009 à 15 h 41 min

  14. Qui ça ? Kuru ?
    Le dieu des mangeurs de peau autour des ongles ?

    février 24, 2009 à 15 h 42 min

  15. Hé bé… (Beurk !) Tu sors ça d’où, Barbarella ?

    Sinon, à propos de chair, savez-vous pourquoi celle de Tatanga Mani (voir photo ci-dessus) paraît si abîmée au niveau de la poitrine (du moins à ce qu’on peut supposer) ?

    (Vous pouvez appeler un ou une ami(e). Sobelo par exemple)

    février 24, 2009 à 15 h 48 min

  16. Amélie

    mdrrrr
    sobelo est justement en vacances, tranquillou chez elle et a promis de participer au moins à cette discussion-ci…

    février 24, 2009 à 15 h 59 min

  17. barbarella

    sur wikipedia, entre autres.

    février 24, 2009 à 16 h 00 min

  18. barbarella

    La maladie se manifeste essentiellement par un syndrome cérébelleux avec un trouble de l’équilibre et de la coordination des mouvements. Un tableau de démence peut compléter le tout, aboutissant au décès en quelques années.

    février 24, 2009 à 16 h 01 min

  19. barbarella

    ou encore
    http://www.universalis.fr/encyclopedie/T322242/KURU.htm

    février 24, 2009 à 16 h 03 min

  20. sobelo

    1/ Il me semble que certaines tribus d’Indiens mangeaient certaines parties du corps de leurs ennemis, genre le coeur du chef pr en avoir la force.
    Mais je ne suis pas sûre du tt de ce que j’avance.
    2/ Je milite contre la date du 28 pr la soirée PP sur les Amérindiens, because je vais mourir de louper ça. Je milite pr le 14 mars…
    3/ c’est quoi ce bordel, il neige sur le blog !!

    février 24, 2009 à 16 h 10 min

  21. alain

    rien à voir avec manger des fesses mais au sujet « indien » :

    « Les mémoires de Géronimo »

    à lire absolument, c’est un livre qui laisse des traces longtemps dans la tête

    février 24, 2009 à 23 h 08 min

  22. Vincent

    A l’époque où j’étais « à donf » dans les Indiens d’Amérique (il y a une vingtaine d’années maintenant), j’ai lu les mémoires de Sitting Bull, de Tahca Ushte, d’Ours Debout et d’Elan noir, mais je n’ai pas lu celles de Géronimo (sans trop savoir pourquoi, d’ailleurs, puisque j’avais acheté le livre que je viens de ressortir du fond d’un rayon de ma bibliothèque). Suivant ton conseil, Alain, je vais tâcher de m’y atteler.

    A propos de Géronimo, je me trompe où Hollywood a fait de son histoire le coeur d’un film (qui pourrait de ce fait faire l’objet, à l’occasion d’une prochaine soirée du Ciné-PP-club). Quelqu’un le connaît-il ?

    février 25, 2009 à 11 h 19 min

  23. Vincent

    De mon côté, c’est sans conteste celles d’Elan Noir que je conseille vivement.

    Car Elan Noir était un chaman sioux. Il y a donc beaucoup moins de récits de batailles dans son récit que dans les autres, me semble-t-il (c’est ce que je crains un peu, pour tout dire, dans les Mémoires de Géronimo, qui, si je ne me trompe, était avant tout un guerrier) et on parvient vraiment à entrevoir « l’âme indienne ».

    C’est en tout cas celui qui m’a le plus marqué (vingt ans après, je crois qu’il agit encore).

    février 25, 2009 à 11 h 30 min

  24. 120

    Ecrit par Luther Standig Bear :

    Les vastes plaines ouvertes, les belles collines qui ondulent et les ruisseaux qui serpentent n’étaient pas sauvages à nos yeux. C’est seulement pour l’homme blanc que la nature était sauvage, seulement pour lui que la terre était « infestée » d’animaux « sauvages » et de peuplades « barbares ».

    Pour nous, la terre était douce, généreuse, et nous vivions comblés des bienfaits du Grand Mystère. Ce n’est que lorsque l’homme poilu de l’Est est arrivé et, dans sa folie brutale, a accumulé les injustices sur nous et les familles que nous aimions, qu’elle nous est devenue « sauvage ».

    Lorsque même les animaux de la forêt commencèrent à fuir à son approche, alors commença pour nous « l’Ouest Sauvage ».

    (Paroles indiennes, opus cité)

    février 26, 2009 à 19 h 34 min

  25. Vincent

    En quelques mots :
    On était une bonne vingtaine, hier, pour la deuxième soirée du Ciné-PP-club.
    On ne peut pas dire que le film projeté soit un chef d’oeuvre, mais la soirée était, à mon sens, on ne peut plus réussie.
    Le confort de visionnage, la qualité du grignotage, les boissons préparées ou apportées et surtout… les individus pour l’occasion réunis, tout était parfait.
    Vivement le mois prochain qu’on remette ça !
    (et un salut tout particulier à Didier, fidèle lecteur du blog, qui est venu de Belfort, avec ses enfants, pour partager ce moment avec nous)

    mars 1, 2009 à 21 h 21 min

  26. Mince on a raté Didier 🙂
    et le film ? pas trop long ? 😀

    mars 3, 2009 à 1 h 58 min

  27. Nan, coupé en deux, ça allait.
    En plus, on pouvait toujours se lever et aller boire un coup, fumer un truc ou grignoter.
    Mais bon… je trouve tout de même la formule deux films de taille normale (qui se répondent sur un même thématique) plus intéressante que celle d’un grand film coupé en deux.
    Pour la prochaine séance (en mars) j’hésite encore entre :
    Le dernier trappeur (film) et L’enfant des neiges (documentaire) de Nicolas Vanier.
    Les dieux sont tombés sur la tête (1 et 2)
    Sinon, je viens de commander (d’occas, sur Price Minister) Greystoke, la légende de Tarzan et L’enfant sauvage de Truffaut qui pourraient aussi faire à eux deux une soirée.
    D’autres idées ?

    mars 4, 2009 à 12 h 07 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s