"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Archives de février, 2010

Préhistoire utérine

Et si le « préhisto » en nous, ce lointain homme des cavernes du temps d’avant la langue écrite, d’avant l’histoire elle-même, ce mystérieux ancêtre —  « si loin, si proche » — qui nous hante un peu tous, n’était autre que celui que nous avons tout simplement été… avant de venir au monde ?

Les hommes préhistoriques n’avaient-ils pas, eux aussi, leur « pré-histoire » ?

Publicités

La poésie

« La poésie est la forme la plus arriérée de la littérature. Dans l’histoire de l’humanité comme dans la vie d’un homme, c’est la première chose qu’on écrit : L’Illiade, c’est de la poésie. »

Cet extrait d’une interview de Charles Dantzig (dans le Nouvel Obs N°2362) est l’occasion saisie pour ouvrir ce vaste sujet.


Amers Indiens

Deuxième volet du documentaire Terres indiennes proposé par Arte, ce soir (à 20 h 40). J’ai, pour ma part, raté le premier (la semaine dernière), mais tâcherai de ne pas manquer les suivants. Et vous ?

« Chacun des cinq épisodes de cette remarquable anthologie, produite et diffusée outre-Atlantique par la chaîne publique PBS, relate un moment charnière de l’histoire méconnue des Indiens d’Amérique. Chacun met en exergue la capacité de résistance des premiers Américains au cours des trois derniers siècles, pour rompre avec deux stéréotypes : féroces guerriers pour les uns, victimes pacifiques pour les autres. Une coopération exceptionnelle entre réalisateurs, anthropologues et historiens nous permet d’entendre la voix des Amérindiens – y compris dans leurs langues originales, préservées et sous-titrées dans cette version française. »

(extrait du site d’Arte)


Clotterie (1) : un progrès tout relatif

« Nous avons toujours tendance à penser que l’humanité est en progrès constant. Mais cette idée est un héritage du siècle des Lumières, et elle demande effectivement à être nuancée. Si on s’intéresse à notre compréhension scientifique du monde, il y a bien sûr un progrès indéniable. Mais avons-nous avancé dans nos valeurs et dans notre conduite morale ? Avons-nous amélioré notre manière de gérer la nature ? »

(Jean Clottes, La plus belle histoire de l’homme, Seuil, 1998)


Avec un peu de retard : Joyeux Imbolc !

Ca y est, on a changé de saison ! N’oubliez pas de marquer le coup, chacun à votre façon.

Pour mémoire, cliquez ici.