"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Ciné-PP-club (7) : Autres figures de l’ensauvagement

Avec ces longues nuits propices aux histoires et aux veillées, c’est le moment de relancer ce bon vieux « Ciné-PP-club ».

Au programme de ce samedi 4 décembre (toujours au même endroit) :

19h30 : Dead Man (1995) de Jim Jarmusch avec Johnny Depp

22h30 : Jeremiah Johnson (1972) de Sydney Pollack avec Robert Redford.

Bref, deux histoires de fugitifs  s’enfonçant… into the wild

A bon entendeur…

Publicités

6 Réponses

  1. Bande annonce de Dead man :

    décembre 4, 2010 à 10 h 56 min

  2. Bande annonce de Jeremiah Johnson :

    décembre 4, 2010 à 11 h 00 min

  3. Isidore

    Alors ? Belles projections ? Beaucoup de monde ? Un bon gueuleton après ? J’veux savoir, moi !

    décembre 5, 2010 à 18 h 49 min

  4. Pas grand monde au début du premier film, mais on est ensuite « montés » jusqu’à 8 enfants et 6 adultes.

    Je suis le seul adulte à avoir vu les deux films en entier (le vin chaud a notamment fait quelques dégâts dans la capacité d’attention de certains autres).

    Rien à redire sur Jeremiah Johnson. Je l’ai déjà vu je ne sais combien de fois et le trouve toujours aussi bon. Contrairement à Danse avec les loups, par exemple, qu’on a revu lors d’une précédente séance du ciné-PP-club, il n’a pas vieilli. J’ai été notamment ravi de revoir une scène qui m’avait marquée, gamin, et que j’avais cherché en vain, il y a peu de temps dans Little big man, persuadé que c’était là qu’elle se trouvait : un indien qui, sentant qu’il va se faire tuer, se retourne, fait face, s’agenouille et entonne son chant de mort.

    Je n’avais, en revanche, jamais vu Dead man et ai eu envie de le voir suite à l’allusion de Jean-Christophe Bailly, citée par 120 en commentaire de l’article sur le « Devenir-animal ». Je ne m’attendais pas à un film aussi « barge » à vrai dire. Plutôt plaisant à voir (même si Johnny Depp passe la moitié du film « dans les vap ») mais je ne suis pas sûr qu’avec le temps il me reste autre chose que la fameuse scène du faon (mise en commentaire de l’article pré-cité). Peut-être cette réplique de l’indien : « On n’arrête pas les nuages en construisant un bateau ».

    Que dire d’autre ? Soupe de Blandine excellente, poulet d’Amélie et gâteau de Pierre aussi…

    décembre 5, 2010 à 22 h 32 min

  5. Isidore

    Merci pour le compte rendu, ça me donne le sentiment d’avoir pu y participer un tout petit peu…

    décembre 6, 2010 à 8 h 19 min

  6. C’est toi qui a été fracassé par le vin chaud : la soupe c’était Juju…

    décembre 6, 2010 à 15 h 20 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s