"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Haïku de brumaire (novembre)

On a déjà tenté le journal extime puis, épisodiquement, les haïku de saison, ici ou .

Tentons de maintenir une fréquence régulière (mensuelle) aux petits poèmes de dix-sept syllabes d’inspiration japonaise.

Première salve :

Vert, jaune, rouge ou brun

Tôt, tard, chaque arbre a son style

Pour se défeuiller

*

Supplice de Sisyphe !

Chaque automne de l’arbre retombe

Ce qu’il a hissé

*

Est-il affolé

Ou ravi, l’oiseau, dans l’arbre

Quand il perd ses feuilles ?

*

Paradoxe à part

Pour l’oiseau dans l’arbre, l’automne

Est une saison claire

*

La nourriture ça

Ne tombe pas du ciel, dit-on

Mais pas le lombric

*

Quelle drôle d’idée

De retirer ses feuilles, pile

Quand viennent les frimas

*

Changement de saison

L’arbre ne se voit plus en peinture

Mais au crayon noir

*

« Oui, c’est bien l’automne

Mais je ne suis pas un arbre »

Dit-il à ses cheveux.

*

Réduite à l’épure

Aux structures, en automne la

Forêt se simplifie.

*

etc.

Publicités

22 Réponses

  1. Un rouge éclatant
    Ils ont envie d’être cueillis
    les cynorhodons

    *

    Aïe ! Mais comment faire
    pour atteindre sans me piquer
    les fruits de l’églantier

    *

    Prunelles, ronces, orties,
    la cueillette sauvage, souvent
    est un vrai combat

    *

    C’est en traquant le
    cerf qu’on trouve des champignons
    Et vice versa

    *

    etc.

    novembre 17, 2010 à 15 h 19 min

  2. Soir d’automne, heure triste,
    en voiture sur le périf,
    …et pourtant la joie

    novembre 18, 2010 à 0 h 29 min

  3. Isidore

    Dis donc, l’inspiration est au rendez-vous !

    novembre 18, 2010 à 10 h 44 min

  4. Isidore

    Une feuille d’automne
    Ton sourire derrière la vitre,
    Joie des retrouvailles.

    *

    Une énorme pomme
    S’est détachée de l’arbre:
    Enfin je suis libre!

    *

    Quand le ciel rumine
    Tant d’ombres peuplent la nuit,
    Et mon cœur soupire.

    *

    Que dis-tu de ça?
    Peut-être préfères-tu ça?
    Moi ça m’est égal.

    *

    Haîku d’automne
    Vaut bien haîku d’été
    Et celui d’hiver ?

    *

    Prunelle en maraude
    Le sanglier va passer
    Le chasseur est là.

    *

    Mélodie d’automne
    Feuilles qui craquent sous mes pas,
    J’espère tant te voir.

    *

    Au sourd son du cor
    La balle a déchiré l’air
    Le grand cerf est mort.

    novembre 18, 2010 à 11 h 27 min

  5. Trop fort… J’adore !

    novembre 18, 2010 à 11 h 44 min

  6. Isidore

    Trop fort, tu adores;
    Moi, le charme du haîku
    Réveille mon printemps.

    novembre 18, 2010 à 12 h 58 min

  7. Un, deux, trois, quatre, cinq
    Ensuite, compter deux de plus
    Puis à nouveau cinq

    novembre 18, 2010 à 13 h 21 min

  8. Les antennes télé
    Là-haut sur les toits, aussi
    Ont perdu leurs feuilles

    novembre 18, 2010 à 13 h 22 min

  9. Ecrasée par terre
    la pomme médite à la
    fugace liberté

    novembre 18, 2010 à 13 h 25 min

  10. M’est égal aussi
    dois-je vraiment choisir ou puis-je
    conserver les deux ?

    novembre 18, 2010 à 13 h 32 min

  11. Ca fait des années, corbeau
    que tu te racles la gorge
    quand vas-tu chanter ?

    novembre 19, 2010 à 21 h 58 min

  12. Isidore

    Le canard s’envole
    Et la lune qui sourit,
    C’est une bonne nuit.

    *

    Si tu poses ton cul
    Sur un matelas de roses,
    Pas sûr pour l’odeur.

    *

    Quand le réveil sonne
    Le chien aboie dans le rue
    Pourquoi est-ce ainsi ?

    *

    Il prend son manteau
    Bruit de ferraille sur le sol,
    La poche est trouée.

    *

    Bol de chocolat
    Une tartine de confiture
    Bon pour le moral.

    *

    Aujourd’hui c’est l’pied,
    C’est Sabine qui vient me voir,
    Demain c’est Lisette.

    *

    Dire n’importe quoi
    C’est comme manger du foin
    On s’en pass’rait bien.

    *

    Allez une dernière
    Et ensuite à la gamelle
    Tchin tchin les amis!

    novembre 20, 2010 à 13 h 38 min

  13. Dire n’importe quoi
    On s’en passerait bien, c’est vrai
    Mais qu’est-ce que c’est bon !

    *

    A bien regarder
    On ne peut faire autrement
    Que dire n’import’quoi

    *

    Dire n’importe quoi
    Est notre lot à tous, le tout
    Est de mettre la forme !

    *

    Une fois passe encore
    Mais n’importe quoi en boucle
    Ca c’est vraiment lourd !

    novembre 20, 2010 à 15 h 14 min

  14. Souffle à contre-sens
    le vent voudrait inverser
    l’écoulement du fleuve

    *

    Luttant contre le fleuve
    le vent n’arrive à produire
    que de grosses vagues

    *

    Quand un grand vent souffle
    A contre-courant du fleuve
    On dirait la mer

    *

    etc…

    novembre 20, 2010 à 15 h 30 min

  15. Isidore

    Parfum de lumière
    Un tremblement dans l’air chaud,
    Ton corps qui sommeille.

    *

    Un souffle livide
    Embrase l’air de la nuit
    D’un soupçon de gris.

    *

    Donne-moi la main,
    Tant d’étoiles dans le ciel,
    Pourquoi avoir peur ?

    *

    Si tu dis « merci »
    Qu’on te répond « non merci »
    Alors dis « merci »

    *

    Le corps en chamade,
    L’esprit plus vraiment très vif,
    Le temps de partir.

    *

    Clapotis devant,
    Doux balancé de l’onde,
    La barque fend l’eau.

    *

    novembre 20, 2010 à 20 h 22 min

  16. Fier comme un chasseur
    Je pose devant la grosse souche
    que j’ai déterrée

    *

    Grand vent. S’envolent
    les feuilles. Pourvu que mes tuiles
    N’en fassent pas autant !

    *

    Crépuscule d’automne
    Sous un abribus, figée,
    Les yeux dans le vague

    *

    Un bouquet de feuilles
    Resté sur la branche s’agite
    Pressé de tomber ?

    *

    C’est en l’écrivant
    Qu’il réalisa vraiment
    Ce qu’il avait fait.

    *

    La dernière feuille
    Agite son drapeau comme un
    Ancien combattant.

    *

    etc.

    novembre 24, 2010 à 11 h 36 min

  17. Sachant que la table
    N’a rien sous sa jupe, je fais
    Tomber un couvert.

    *

    A ta place, lys,
    Je f’rai moins le beau, le fier,
    Tu pues trop d’la gueule !

    *

    etc.

    novembre 24, 2010 à 11 h 37 min

  18. Doudoune jaune, bonnet
    bleu sur la tête, mésange
    est parée pour la neige

    novembre 27, 2010 à 18 h 32 min

  19. On la trouve légère
    Mais demandez donc à l’arbre
    Le poids de la neige

    novembre 29, 2010 à 14 h 15 min

  20. Pascale

    J’aime beaucoup le com 19.

    Je croyais depuis des mois que plus rien ne se passait ici car avec internet explorer l’affichage était pourri, que dalle à l’écran… mais avec mozilla, comme par magie, tout s’affiche !

    décembre 17, 2010 à 9 h 17 min

  21. Tu sais, Pascale, c’est l’hiver et tout fermente tranquillement dans l’attente du printemps, où peut-être une nouvelle ardeur animera le blog… On verra bien, il faut déjà digérer tout ce qu’il a produit. Ravi de ton petit passage!

    décembre 17, 2010 à 21 h 25 min

  22. Pascale

    Merci Isidore !
    J’ai également tout mon temps et je suis ravie de voir que le blog continue, c’est la magie d’Internet (maintenant que je sais que je dois choisir le bon navigateur, je viendrai plus souvent).

    décembre 17, 2010 à 23 h 26 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s