"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Ao : un film, trois livres

Au départ, c’est un livre : Ao, l’homme ancien, le premier tome d’une trilogie de Marc Klapczynski, L’Odyssée du dernier Neandertal.

Jacques Malaterre (le réalisateur de L’Odyssée de l’espèce et Homo Sapiens) en a fait un film, Ao, le dernier Neandertal, qui sortira le 29 septembre prochain.

Des déclinaisons en roman jeunesse (Ao, le dernier Neandertal) et album jeunesse (Ao, le petit Neandertal) sont également disponibles, magnifiquement illustrés par Emmanuel Roudier.

Chacun peut donc y trouver son compte et se faire un avis. (Vous trouverez notamment celui de Hominidés.com sur le film en cliquant ici).

Publicités

8 Réponses

  1. J’ai lu le tome 1 (et suis en cours de lecture du deuxième) et l’ai trouvé, dans le genre, vraiment bon.

    Pour le film, on a prévu d’y aller en famille. Tout laisse à penser qu’il va plaire (bien plus que Le clan de la caverne de l’ours avec Daryl Hannah, en tout cas)
    http://www.partiprehistorique.fr/2010/01/20/cine-pp-club-6-les-blondes-prehistoriques/

    septembre 25, 2010 à 10 h 15 min

  2. Comme on peut le voir dans l’image ci-dessus, dans le film de Malaterre, c’est bien, comme on le pense aujourd’hui, Neandertal qui, vivant dans les régions froides, a la peau blanche et les cheveux clairs et Sapiens qui, venant d’Afrique, est plus sombre, alors que c’était encore le schéma inverse dans Le clan de la caverne de l’ours tiré de la saga d’Auel.

    septembre 26, 2010 à 8 h 38 min

  3. De la même façon, tout le livre de Klapczynski est conforme aux connaissances actuelles et tout à fait réaliste (c’est le sens de mon « dans le genre, vraiment bon » précédent).

    Je cite, en vrac, et de façon non exhaustive, des petits détails qui m’ont particulièrement plu :

    – le langage Néandertalien mélangeant parole et gestuelle (ex : Taârh signifie « animal », les bras croisés au-dessus de la tête précise « renne » ; un autre mot désigne la neige, des gestes associés précisent quelle sorte de neige ; etc.) ;

    – les baies acidulées de camarine noire conservées dans la graisse ou séchées pendant tout l’hiver à l’intérieur de silos creusés dans la terre ;

    – la pierre placée dans la bouche des ennemis tués pour empêcher leurs esprits de s’échapper et aller informer leurs congénères de ce qu’il leur est advenu ;

    – le mélange d’argile et de graisse dont ils s’enduisent le corps pour se protéger des moustiques ;

    – l’interdiction aux femmes enceintes de manger de la chair de renard ou de lièvre car ces animaux vivant dans des trous risqueraient d’inciter l’enfant à refuser de quitter le ventre de sa mère ;

    – la cérémonie de passage à l’âge adulte au cours de laquelle le chaman enduit le corps d’un mélange d’ocre et de graisse de renne afin de matérialiser cette seconde naissance en recouvrant le sang de la mère par celui de la terre ;

    – la sève de bouleau récoltée au printemps (on en a déjà parlé ici)

    – les Néandertaliens « tous chamans », chacun d’entre eux étant capable d’entrer en contact avec les puissances invisibles (contairement aux Sapiens)

    – etc…

    septembre 30, 2010 à 13 h 02 min

  4. 120

    Ecrit par Jacques Malaterre :

    « […] Début janvier 2004, je déambule dans une grande surface de la culture, un de ces espaces qui proposent des mots, des notes et des images à profusion. Mon objectif : vérifier que le livre racontant mon dernier film L’Odyssée de l’espèce est bien en place. Au détour d’un rayon, il est là, fier dans sa couverture, racontant le succès d’un film, la ferveur d’une équipe et la récompense d’un travail de plus de deux ans et demi de vie. La présentation est parfaite… Mais à quelques silex de là, une ombre plane sur l’ouvrage ; un roman : Ao, l’homme ancien. Un bandeau rouge barre sa reliure : « l’odyssée du dernier des Neandertal ». Je souris et sans hésiter me l’accapare. Consciente de mon acte, ou pensant à la soirée qui l’attend, une caissière au visage scarifié de maquillage déclare : « Les Neandertal, ils étaient bêtes et laids non !? » Absent, je ne sais quoi répondre. Quelle est la chose que je tiens entre les mains ? Le premier outil, de la nourriture pour les miens ou peut-être la découverte du feu ?…

    Un peu plus tard dans la soirée, mes yeux glissent sur les mots. Je n’y crois pas. J’ai lu pour préparer mon film toutes sortes de romans préhistoriques, français et étrangers, mais là quelque chose de plus se passe. Les verbes de Marc, les phrases de Klapczynski m’emportent, m’emmènent ailleurs, après, ou plutôt avant, il y a longtemps. Je ne suis plus un dans un livre mais dans une succesison d’images… Je deviens préhistorique, l’aventure se déroule dans mon âme, c’est du grand écran. A travers le destin rocambolesque d’Ao se profile l’histoire d’un homme comme toi, comme vous, comme moi. Il est différent, il est Neandertal, il va disparaître, il veut savoir d’où il vient. Je tourne les pages et enfin je découvre que quelqu’un a vu dans notre histoire commune à tous non pas seulement un monde dangereux, mais justement, simplement, le reflet de ce que nous recherchons aujourd’hui. « Qui sommes-nous ? » C’est là qu’est l’originalité de cet ancien flic devenu romancier, Marc Klapczynski. Il nous rend un rapport dactylographié sur une affaire depuis longtemps prescrite. Il rouvre le dossier.

    Comprendre qui nous sommes, nos errances par rapport à la différence et l’oubli de nos origines. Nous, fils et petits-fils de nomades, qu’avons-nous fait de ce que nos ancêtres nous ont légué ? Au-delà du factuel de la paléontologie, Marc Klapczynski découvre les premières étincelles d’un feu qui réchauffe l’âme et le coeur de chacun dans le silence émotionnel que la société nous impose.

    « Savoir s’arrêter, pour regarder derrière et comprendre que devant n’est fait que d’hier avec un peu d’amour en plus… » Si seulement… […] »

    (Préface à Le pouvoir d’Iktia, L’Odyssée du dernier Nenadertal – II, Aubéron, 2010)

    septembre 30, 2010 à 21 h 58 min

  5. Nous sommes (enfin !) allés voir le film en famille, hier après-midi.

    J’ai pour ma part vraiment apprécié.

    De tous les films « préhisto », il me semble bien au-dessus du lot.

    Rien à redire, donc, si ce n’est qu’il n’a pas grand chose à voir avec le roman initial. J’ai du mal à percevoir l’intérêt des changements apportés à l’histoire. Mais bon…

    Même les voix off, qui semblent ne pas avoir été appréciés par certains spectateurs (d’après ce qu’on peut lire sur les blogs plus ou moins spécialisés) ne m’ont pas gêné.

    octobre 11, 2010 à 12 h 14 min

  6. Deux petits détails glanés dans le générique de fin :

    – la conseillère scientifique était Marylène Patou-Mathis (120 l’a citée en commentaire de l’article sur le Cerf)

    – le conseiller en « langage préhisto » est Pierre Pelot. Son travail sur la question est en effet remarquable dans sa saga préhisto « Sous le vent du monde ».

    octobre 11, 2010 à 12 h 19 min

  7. Les 3 tomes de Klapczynski sont excellents.

    Le 3e (dans lequel le personnage principal, Tsinaka, banni de son clan Sapiens pour myopie, devient membre d’une tribu Neandertal) m’a tout particulièrement bluffé.

    octobre 29, 2010 à 10 h 54 min

  8. 120

    Ecrit par Jean Malaurie :

    Monsieur,

    Je viens de lire votre livre et je tiens à vous en féliciter. J’ai retrouvé, grâce à votre talent, des moments intenses que j’ai vécus avec des Inuit assez rudes et encore très traditionnels, dans l’arctique central. C’est dans un rêve éveillé que j’ai lu votre ouvrage toute une nuit et je tenais à vous donner mon témoignage d’admiration pour votre grande force, qui est de communiquer ces pouvoirs singuliers qu’ont les chamans arctiques, ainsi que j’ai pu moi-même le vivre.

    Bien à vous,
    Jean Malaurie

    (courrier cité sur le site de Marc Klapczynski : http://www.ao-neandertal.fr/Presse.php )

    novembre 1, 2010 à 1 h 34 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s