"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Joyeuses Pâques !

Entre les deux soltices, les fêtes calendaires et autres manières plus ou moins  traditionnelles et/ou spirituelles de célébrer le retour de la lumière — bref, le printemps — ne manquent pas : Epiphanie (6 janvier), Imbolc/Chandeleur (2 février), Lupercales (15 février), Matronalia (1er mars),  Carnaval/Mardi Gras (47 jours avant Pâques), Equinoxe (20 mars), Culte de Cybèle (24 mars), Changement d’heure (dernier dimanche de mars), Rameaux (dernier dimanche avant Pâques), Beltaine (1er mai), etc.

Arrêtons-nous aujourd’hui sur Pâques (dimanche qui suit la pleine lune venant après l’équinoxe de printemps). La référence à la renaissance et au retour bienheureux de la lumière est assez claire dans la célébration chrétienne de la résurrection du Christ tout autant que dans la coutume païenne des oeufs (en chocolat ou décorés).

Ces oeufs proviennent, au choix, des cloches revenant de Rome annoncer la bonne nouvelle ou d’un lapin mythique qui les « pond » la nuit. Est-il besoin de préciser quelle est l’option préférée du PP ?

Publicités

4 Réponses

  1. 120

    Ecrit par Nadine Cretin :

    LIEVRE DE PÂQUES

    Le lièvre de Pâques est le mythique dispensateur de cadeaux qui « pond » ses oeufs dans un nid la nuit de Pâques, au coeur des jardins d’Alsace et d’une partie de la Lorraine, ainsi que dans les pays germaniques et anglo-saxons. Il concurrence les « cloches » censées revenir de Rome, connues dans le reste de la France.

    Cette créature nocturne, attestée en Alsace en 1572, est liée à Pâques, fête de la résurrection. Déjà pour les Egyptiens, le lièvre était associé au dieu Osiris, chargé de la résurrection des morts. Selon Bède le Vénérable (mort en 735), théologien et historien anglais, le lièvre était pour les Saxons l’attribut d’Eostre, ou Ostara (qui a donné en anglais Easter, « Pâques »), divinité de l’aube et du printemps, assimilée à la déesse nordique Freyja.

    Réputé pour sa fécondité, le lièvre de Pâques suggère, comem le poisson, la multiplication. Il est censé être initié aux mystères de la vie, car il naît les yeux ouverts. C’est aussi un animal lunaire qui vit la nuit ; il est capable, dit-on, de communiquer avec les morts grâce à son gîte souterrain. Tous ces pouvoirs font de lui une créature fantastique.

    (Inventaire des fêtes de France d’hier et d’ajourd’hui, Larousse, 2003)

    avril 5, 2010 à 12 h 42 min

  2. Le gîte « souterrain » du lièvre ? Elle ne confondrait pas avec le terrier du lapin, la Nadine ?

    avril 5, 2010 à 12 h 44 min

  3. Bon… Ok, elle semble confondre Lapin et Lièvre mais elle nous fait découvrir une ancienne fête d’équinoxe : Ostara.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ostara

    avril 5, 2010 à 12 h 49 min

  4. Oulah… Gare au point Godwin !

    avril 5, 2010 à 12 h 50 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s