"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Ciné-PP-Club (5) ou qu’est-ce qui nous empêche de nous libérer de nos besoins modernes ?

Au terme d’une réunion de travail avec un chercheur de l’utbm, Manuel Brun, sur les problématiques liées à la filière énergie, j’ai évoqué avec lui le PP… Emballé, il propose une soirée ciné PP autour du film de Daniel Mermet :  Chomsky et Compagnie.

Que diriez-vous d’une projection le 5 ou le 12 décembre ?

Publicités

16 Réponses

  1. Manuel Brun

    Bonjour,

    Merci Amélie mais je ne suis qu’apprenti chercheur à l’UTBM (doctorant en histoire économique). Concernant l’énergie, il est vrai que de nombreuses questions se posent à son sujet, qui sont les mêmes que dans les années 1970. Consommation en hausse, ressources en baisse, dégâts environnementaux, espérance et niveau de vie des habitants de la planète pour citer les principales… Entre le contre-choc pétrolier des années 1980 et le troisième choc pétrolier des années 2000, l’abondance d’énergie pas chère a totalement anéanti les efforts débutés dans les années 1970. Nous voici donc avec les mêmes préoccupations et les mêmes préconisations techniques et sociétales à 30 ans d’écart.
    Le film sur Chomsky ne traite pas de ces sujets mais de la fabrique de l’opinion qui conditionne nos modes de vie contemporains. Il peut être complété par « Pas vu pas pris », film de Pierre Carles sur l’autocensure des médias français.

    novembre 12, 2009 à 13 h 41 min

  2. Isidore

    Et bien crotte alors! Encore un film que j’aurais aimé voir et que je ne pourrai pas voir. Dites donc, vous le faites exprès ou quoi ? Finalement je suis partisan d’une croissance encore plus forte dès lors qu’elle permettrait de concevoir et de produire des véhicules encore plus performants, pour aller par exemple vite fait bien fait à besançon dans la soirée et retour depuis chez moi, en Picardie… A moins que vous décidiez de venir projeter le film chez moi. Tiens oui, en voilà une bonne idée ! Je suis certain que vous compatissez de toutes vos dents…

    novembre 12, 2009 à 18 h 43 min

  3. En attendant, on peut envisager de faire simplement circuler les DVD… à moins que notre grand sorcier nous dégotte un système de diffusion simultanée en deux endroits différents.
    Yatsééééé ?

    novembre 12, 2009 à 22 h 06 min

  4. Isidore

    Oui, Yatséééé!!!!

    novembre 12, 2009 à 22 h 10 min

  5. J’apprécie beaucoup dans la présentation de Manuel (à qui je souhaite en passant la bienvenue) le choix du mot « abondance ».

    C’est en tout cas celui que j’emploie aussi (ce qui ne me fait pas que des amis dans le milieu « décroissant » bisontin) et qui me paraît bien plus adapté que « pénurie » pour décrypter la problématique énergétique actuelle.

    La situation ne durera certes pas, mais actuellement elle est effet, à mon sens du moins, davantage caractérisée par l’incroyable facilité d’accès à des sources d’énergie quasi miraculeuses que par leurs probables futures restrictions.

    novembre 12, 2009 à 22 h 42 min

  6. Ah mais Manuel est un garçon passionnant ! J’espère bien qu’il se laissera séduire par le PP !

    novembre 13, 2009 à 12 h 13 min

  7. … ou qu’il le séduira ! 😉
    (dans le sens étymologique de « détourner de la voie »)

    novembre 13, 2009 à 13 h 08 min

  8. On a toujours pas fixé la date : alors, le 5 ou le 12 ?

    Moi, a priori, je n’ai pas de préférence.

    Sinon, en 2e film, je verrais bien Volem Rien foutre al païs, qui me paraît davantage ouvrir des pistes que Pas vu pas pris (qui — si mes souvenirs sont bons — se contente de dénoncer).

    Ca branche quelqu’un d’autre ?

    novembre 22, 2009 à 22 h 24 min

  9. J’ai reçu, hier, le DVD Volem rien foutre al païs. Ca vous va comme 2e film après celui sur Chomsky ?

    On dit donc samedi prochain (05/12), c’est bien ça ?

    novembre 30, 2009 à 13 h 05 min

  10. Hier, vraiment ?
    (tu nous prends parfois vraiment pour des débiles)

    novembre 30, 2009 à 13 h 06 min

  11. Bon ok, puisqu’il faut être précis : j’ai ouvert le paquet hier.. mais je l’ai reçu avant hier. Pffffff !
    Rassure-moi, tu ne viens pas samedi ?

    novembre 30, 2009 à 14 h 02 min

  12. je crois que ça marche pour tout le monde.
    Samedi 5/12 à 18h30 chez nous.

    novembre 30, 2009 à 17 h 32 min

  13. Bon, il y avait 9 ou 10 personnes pour assister au premier film sur Chomsky.
    Et plus que 4 pour Volem…
    L’heure tardive, sans doute, mais pas que…
    Il semble qu’il n’ait pas plu à tout le monde.
    Dommage, c’est en tout cas — pour ma part — celui qui me « travaille » le plus.

    décembre 8, 2009 à 13 h 51 min

  14. Thierry a pris des notes pendant le premier film. Une sorte de résumé, en quelque sorte, pour ceux qui n’ont pas eu la chance de pouvoir se joindre à nous :

    TECHNIQUES DE PROPAGANDE TIREES DU FILM CHOMSKY ET COMPAGNIE
    DE DANIEL MERMET ET OLIVIER AZAM
    Note rédigée par Thierry Brugvin

    – Edwards Barneys explique qu’il à décider d’utiliser les méthodes de propagande militaire (notamment nazi) pour l’économie. A cette fin il déclare avoir inventer le terme « d’industrie des relations publiques » pour transformer le mot de propagande.

    La fabrique du consentement en est un des résultats

    Les campagnes de dénonciation des mouvements sociaux se heurtent aux campagnes de communication et de relations publiques des entreprises qui s’appuient sur une expertise et des ressources financières largement plus conséquentes. Edward Bernays, un expert et un théoricien des relations publiques, décrit ces dernières comme: « l’application de principes scientifiques et de pratiques éprouvées visant à obtenir de la population qu’elle soutiennent certaines idées et projets. Toute personne ou organisation dépend finalement de l’approbation du public et se trouve donc face au problème de d’organiser le consentement du public pour atteindre ses projets et ses buts » (Bernays, 1952 : 159). Les relations publiques sont ainsi qualifiées dans les années 1920 « d’industrie du consentement » (Richter, 2004 : 149). Baskin définit les relations publiques des entreprises comme un moyen « pour le monde des affaires d’améliorer leur capacité à faire des affaires (…), de parvenir à mieux anticiper et s’adapter aux tendances et à la demande sociétale. Ce sont les moyens par lesquels le monde des affaires améliore l’exploitation de son environnement » (Baskin, 1997 : 416-17). Les relations publiques des entreprises sont, selon Harold D. Laswell, un de ses théoriciens, « la découverte que la propagande est moins coûteuse que la violence, la corruption, et autres techniques de contrôle » (Laswell, 1935: 524).

    – Les techniques et le discours de Victor Lipmann (un des idéologues du néolibéralisme), sur le fait que le peuple doit être guidé par des élites car il est trop ignorant et versatile.

    – Il faut bombarder le peuple d’informations secondaires, afin qu’il ne puisse pas distinguer quelles sont les infomations essentielles

    – Il faut distraire le peuple par les jeux du cirque, ou un scénario plus ou moins fictif afin de détourner son attention des véritables problèmes. Le storytelling est une forme contemporaine de ce principe.

    – Orienter l’opinion publique en créant de faux motifs (fausses armes de destruction massive pour la guerre du Golfe, Attentat du Reichstag par Hitler, fausse attaque du cuirassé Etats-Uniens par le Vietnam communiste afin de déclarer lui déclarer la guerre).

    – Les journalistes s’autocensurent plus ou moins consciemment pour rester en place

    – Les journalistes qui parviennent au sommet, sont passés par un long processus de cooptation, qui a permit de sélectionner ceux qui n’est pas trop subversifs

    – Les journalistes savent qu’on les laisse s’exprimer librement tant qu’ils ne dérangent pas trop le système capitaliste en place. Ils sont libres, tant qu’ils ne tirent pas trop sur leur laisse («Petit cours d’autodéfense intellectuelle», de Normand Baillargeon)[1].

    – Les entreprises capitalistes médiatiques sont financées par la publicité des autres entreprises capitalistes. D’une part par leur dépendance financière, mais aussi du fait d’une forme d’intérêt commun de classe, elles n’ont donc pas intérêt à les attaquer.

    [1] Résumé du livre de Normand Baillargeon Petit cours d’autodéfense intellectuelle

    http://ticeblog.ycombe.net/public/documents/pdf/Chroniques_de_Normand_Baillargeon.pdf

    décembre 8, 2009 à 13 h 55 min

  15. 120

    Ecrit par Noam Chomsky :

    (florilège extrait de Raison contre pouvoir, le pari de Pascal, Carnets de l’Herne, 2009)

    Il ne faut pas oublier que les riches et les puissants n’ont jamais été assez niais pour faire confiance aux « capitalisme du marché libre » qu’ils prêchent aux pauvres et aux vulnérables. Ils dépendent beaucoup du soutien de l’Etat — par exemple, la politique d’assurance étatique liée au concept de « trop grand pour faire faillite », qui encourage le risque extrême et le profit exorbitant, jusqu’à l’effondrement, moment où les finances publiques sont obligées de les sauver. C’est quelque chose de très courant.

    *

    Il y a beaucoup de facettes dans le progrès et la régression, et donc pas d’évaluation claire au cours de l’histoire en ce sens. On peut dire que la révolution agricole, il y a 12 000 ans, condamna la race humaine à une extinction finale — qui, à l’échelle de l’évolution, n’est pas si « finale » que ça — en rendant possible l’explosion démographique, la destruction écologique, la compétition pour les ressources, etc. On pourrait dire la même chose à propos de l’invention du feu par nos ancêtres lointains.

    *

    Les deux plus grands systèmes de propagande au monde — celui de l’Occident, énorme et sophistiqué, et celui, plus limité et primitif, de l’Est — n’étaient pas d’accord sur de nombreux points, mais s’entendaient pour utiliser le terme « socialisme » afin de décrire la tyrannie antisocialiste instituée par Lénine et Trotsky, transformée plus tard en une monstruosité absolue par Staline. Le système de propagande occidentale le fit dans le but de calomnier le socialisme ; celui de l’Est dans le but de gagner autant que possible le soutien populaire, en exploitant l’attrait moral du socialisme authentique. Cette coopération tacite créa un carcan dont beaucoup de monde a eu du mal à sortir.

    *

    On pourrait soutenir, avec de bons arguments, que les adversaires les plus formidables de la croissance, et même du commerce, sont les champions du néo-libéralisme. Parmi les pays qui ont suivi leurs règles, les taux de croissance ont baissé de façon significative sous le régime néo-libéral ; il y a eu une croissance importante ailleurs, mais comme dans le passé, le refus des règles néo-libérales semble avoir été un facteur significatif contribuant à cette croissance.

    *

    L’anarchisme, du moins tel que je le comprends (d’une façon qui est très bien justifiée je crois, mais c’est une autre question), est une tendance de la pensée et de l’action humaines qui cherche à identifier les structures d’autorité et de domination, à les appeler à se justifier, et, dès qu’elles s’en montrent incapables (ce qui arrive fréquemment), à travailler à les surmonter. Loin d’avoir « échoué », l’anarchisme se porte très bien. Il est à la source de beaucoup de progrès — très réels — des siècles passés, y compris depuis les années 1960 et 1970. Des formes d’oppression et d’injustice qui étaient à peine reconnues, et encore moins combattues, dans un passé récent, ne sont plus considérées aujourd’hui comme tolérables. C’est une réussite, pas un échec.

    *

    etc.

    décembre 16, 2009 à 11 h 18 min

  16. Dis donc, sacrément « PP » le deuxième extrait cité : Chomsky aurait-il lu le « Manifeste primitiviste » du Cri des Gueux ?
    http://www.partiprehistorique.fr/2008/02/12/petite-histoire-du-parti-prehistorique/

    décembre 16, 2009 à 11 h 43 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s