"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Des préhistos parmi nous (3) : Bernard Charbonneau

Quelqu’un qui écrit cela est forcément préhisto :

« Ce seront les divers responsables de la ruine de la terre qui organiseront le sauvetage du peu qui restera, et qui après l’abondance géreront la pénurie et la survie. Car ceux-là n’ont aucun préjugé, ils ne croient pas plus au développement qu’à l’écologie : ils ne croient qu’au pouvoir, qui est celui de faire ce qui ne peut être fait autrement. »

Quelle claque, non ?

vu sur Home: l’argent tombé du ciel?

Publicités

20 Réponses

  1. ouais pas mal !
    Comment ça vu sur HOME ? ça intervient comment dans le film ?

    juin 5, 2009 à 14 h 43 min

  2. Ah ok, c’est une citation de charbonneau à propos du mouvement écologique.

    juin 5, 2009 à 15 h 01 min

  3. D’ailleurs, je lirais bien son « comment ne pas penser », en référence à l’article précédent 🙂

    juin 5, 2009 à 15 h 06 min

  4. mate la présentation de l’éditeur du bouquin que tu cites :

    « Quand l’impuissance à dire et à communiquer le vrai ferme la bouche, reste – au paroxysme du sérieux – l’ironie. Autant qu’une parole, elle est une épée, tranchante et acérée. Destinée à percer l’indifférence et le silence, elle blesse qui ne partage pas la vérité agressive de l’ironiste. Visant au cœur autant qu’à la tête, quand elle ne fait pas du lecteur son complice, elle en fait un ennemi. Ces pages sont nées d’un échec à communiquer l’essentiel d’une vie consacrée au débat créateur de l’individu et de sa société : il ne l’a pas connue ailleurs qu’en lui-même. Conscient d’être issu d’elle, de son ordre et de sa culture, l’individu s’en dégage, continuant cet élan qui la fit se dégager de la nature. Comme sa Science a profané celle-ci, à son tour il s’attaque aux tabous les plus sacrés de son temps, mais ce sacrilège n’est que l’effet d’un sacré plus profond. Sous le masque d’une ironie refusant tout respect Comment ne pas penser revient à la source : l’esprit de liberté que l’auteur a tenté d’exprimer en clair dans un autre essai. Et il passe en revue les divers détours par lesquels un homme peut fuir l’angoisse de la conscience. B.C. »

    juin 5, 2009 à 16 h 17 min

  5. oui ben ça confirme : y a des trucs pour moi là dedans.

    juin 5, 2009 à 16 h 38 min

  6. Je ne suis pas sûr d’avoir saisi, Yasté : une « claque » pour qui ?

    juin 5, 2009 à 16 h 44 min

  7. Façon de parler Vincent. Ton « wahou » à toi, sans doute… lol ptdr mdrr

    juin 5, 2009 à 16 h 47 min

  8. Amélie, elle, elle comprend tout ! 😛

    juin 5, 2009 à 16 h 51 min

  9. ben ouais

    juin 5, 2009 à 16 h 57 min

  10. c’est marrant mais en rebondissant sur les deux derniers articles, je me pose la question : vous êtes pas angoissés par votre conscience, vous ?

    juin 5, 2009 à 16 h 58 min

  11. comment ça ?

    juin 5, 2009 à 16 h 59 min

  12. Façon de parler, Amélie 😉

    juin 5, 2009 à 17 h 08 min

  13. ROFLOL !!! 🙂

    juin 5, 2009 à 17 h 13 min

  14. Pour ceux qui comme moi en ont besoin.

    Voilà sa tête :

    Et voilà sa bio :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Charbonneau

    Un type que je ne connais pas. Merci Yasté.

    juin 5, 2009 à 17 h 13 min

  15. Si j’en crois ce que j’ai lu là ( http://www.decroissance.info/Bernard-Charbonneau-et-Jacques ), tu as raison, Amélie, c’est auteur qui devrait te plaire :

     « B. Charbonneau, outre son style et sa syntaxe qui déroutent souvent le lecteur moderne, se refuse à toute conceptualisation. Il cherche à faire voir, à faire ressentir plutôt que de démontrer. »

    Je me trompe ?

    juin 5, 2009 à 17 h 29 min

  16. moi non plus, je ne le connais pas 🙂
    c’est ca qui est bon 🙂

    juin 5, 2009 à 17 h 32 min

  17. Oui, et aussi le fait qu’il y a des choses qui prennent bcp de place dans une vie, et que pourtant on est incapable de communiquer.

    juin 5, 2009 à 17 h 33 min

  18. S’il a vécu dans les Pyrénées (notamment la vallée d’Aspe avec ses ours, ses desmans et ses vautours), c’est sûr qu’il a déjà d’avance pas mal de point de « préhistorie ».

    juin 5, 2009 à 22 h 36 min

  19. 120

    Ecrit par Christian Laborde :

    […] Ils n’auront pas ta chair, Pyrène, ta chair intime, la vallée d’Aspe, territoire de l’ours brun des Pyrénées, pirogue amarrée aux roches franco-espagnoles, ton sexe ! Je brandis mon tomahawk !

    Aspe, je suis un aspache, le « retour des tribus » c’est moi ! Ecoutez mon rire énorme, terrifiant ! Regarderz mes peintures de guerre ! J’ai passé la nuit dans la grotte de l’ours. Je suis un ours ! Je sauverai les ours, le dernier fauve d’Europe. Je me battrai pour une Europe fauve. Je sauverai la couleur fauve de l’Eyrope. Je me suis gavé de myrtilles et de baies, et, faute de préfet, j’ai dévoré le ventre d’une brebis. J’ai griffé les arbres sur lesquels les forestiers avaient mis de la peinture rouge. Je ne peux résister aux parfums des laques, je suis un sniffeur de térébenthine. J’ai laissé un peu de poil aux épines des ronces. J’ouvre grand ma gueule pour terroriser les experts en « environnement ». Je hais ce mot. Je suis un ours linguiste, le brise la carapace des mots, je regarde dedans. Environnement : environ, dans le voisinnage de, l’entour, les alentours, la périphérie. Mais le combat pour la nature est central, je défends le coeur fauve de l’homme ! Qui a inventé le mot environnement ? Son adresse, vite, que je lacère sa face blême et mette à l’air sa tripe fade !

    Pyrène, mon amour, je suis un ours ! […]

    (Collector, Bartillat, 2002)

    juin 6, 2009 à 12 h 11 min

  20. Encore un « préhisto » (et un sévère), indéniablement !

    Si on ajoute qu’il y a eu, dans ce coin de Béarn, aussi Kenneth White qui a traîné ses guêtres (et sûrement d’autres du même accabit), on peut se dire qu’il y a, par là-bas, quelque chose à creuser, non ?

    juin 6, 2009 à 12 h 13 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s