"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Chronique de Craô (8) : Le changement d’heure

Depuis le plus profond des âges, les humains semblent avoir célébré les changement de saison (voir notamment les articles consacrés ici à Samain, Imbolc, Beltaine, Noël, etc.).

On pensait nos temps modernes enfin débarassés de ces superstitions archaïques — comme si la saison avait besoin de notre appui pour survenir ! —, mais le changement d’heure est venu vite combler l’insupportable manque.

Ne nous y trompons pas : l’alibi prosaïque (économiser l’énergie) n’est qu’un mince et transparent vernis. Le changement d’heure est en effet, avant tout, dans sa réalité profonde, un rituel postmoderne de changement de saison.

On y retrouve en effet tous les éléments nécessaires :

– la dimension collective : c’est un des rares événements concernant, sans la moindre exception, tous les membres de la collectivité (qu’ils soient porteurs de Swatch, de Rolex ou n’aient rien au poignet)

– La dimension symbolique : il s’applique à ce qui est peut-être actuellement notre valeur suprême (ce temps que l’on mesure, allonge, gère, rentabilise, libère… bref vénère)

– La dimension sacrificielle : le passage est en effet dur pour tout le monde (même les vaches paraît-il ont du mal à se faire à la nouvelle heure de traite)

Il joue enfin — et j’aime à dire surtout — sur cette fameuse “règle symbolique” du don/contredon, en nous disant implicitement :

Donne-moi une heure de ton précieux temps, et je te fais venir le Printemps !

Publicités

10 Réponses

  1. Le pire, c’est que ça marche : il était là, ce matin, le Printemps !
    Ca valait le coup de se réveiller si difficilement.
    😉

    mars 30, 2009 à 19 h 19 min

  2. Je ne suis pas certain, Vincent, que ce soit très correct d’utiliser mon nom (comme un masque) pour tenter de faire passer subrepticement ton idéologie pseudo-préhisto (i.e. « tirée par les cheveux ») de l’échange symbolique.

    mars 30, 2009 à 19 h 22 min

  3. Valentin

    De toute façon c’est marqué en haut : posté par Vincent : il est grillé ^^.

    mars 30, 2009 à 21 h 26 min

  4. Je rappelle, en passant, que Craô est une entité collective (pré-moderne).
    N’importe qui peut se glisser sous son masque.
    Qui vous dit d’ailleurs que ce n’est pas moi qui parle à travers lui au commentaire 2 ?

    mars 31, 2009 à 19 h 07 min

  5. On s’en était douté (si tu veux savoir) : les parenthèses et les guillemets t’avaient trahis !
    😉

    mars 31, 2009 à 19 h 09 min

  6. Isidore

    J’ai un a-priori contre cette histoire d’heure d’été et d’heure d’hiver, et pourtant en réalité je trouve ça pas mal du tout dans la mesure où je parviens grâce à ça, à me lever plus tôt aux beaux jours et me coucher moins tard aussi (par rapport à l’heure solaire je m’entends)… et finalement de vivre plus proche de l’heure solaire grâce à ce subterfuge astucieux.

    avril 2, 2009 à 8 h 15 min

  7. Grâce à ce changement d’heure, j’ai pu vivre (il y a une bonne quinzaine d’années de cela) une expérience assez extraordinaire.

    J’habitais alors dans un petit village du Haut-Doubs, et j’avais l’habitude de regarder l’heure sur l’horloge de l’église que je voyais depuis mon salon.

    C’était un dimanche, fin de matinée. Je n’étais pas au courant du changement d’heure prévu. J’étais allé danser la veille et me levait donc tard, un peu dans le gaz. Machinalement, en passant devant ma fenêtre j’ai jeté un oeil pour voir l’heure qu’il était… et je suis tombé pile au moment où ils la mettaient à l’heure. J’ai donc vu passer une heure en trente secondes !

    Je ne sais plus trop combien de temps il m’a fallu avant de réaliser ce qu’il venait de se passer, mais j’ai vraiment eu l’impression étrange d’être subrepticement passé dans une autre dimension.

    avril 2, 2009 à 12 h 49 min

  8. Heu… Est-tu sûr d’en être sorti ?
    Des fois, quand on te lit, on se demande…

    avril 2, 2009 à 12 h 50 min

  9. Moi c’est l’inverse, Ourko.
    C’est quand je « te » lis que je me demande… si ce n’est pas à ce moment-là que j’ai récupéré c’t’espèce de lutin qui me suit partout et me cherche sans cesse les noises.

    avril 2, 2009 à 12 h 53 min

  10. 120

    Ecrit par Michel Serres :

    On raconte que le naturalisme occidental descendit de dix techniques, moulins à vent, à eau, à vapeur, bref, de modèles mécaniques, des machines. En voici donc une : la montre. Voici un objet construit, perfectionné par Huyghens, qui le complète par l’échappement, et qui, justement, va, presque en premier, porter de l’objectivité dans la plus intime subjectivité, dans la conscience, si flottante du temps, et même dans l’organisation de dix pratiques sociales. Grâce à lui, nous inventerons l’emploi du temps. Le jeune Descartes, en même temps que lui, célèbre quelques automates dont les machines à rouages ornent alors des jardins. Ses ressorts remontés, l’horloge marche toute seule, automotrice. Merveille admirable !

    Or les animaux marchent ainsi, remontés par Dieu, dit Descartes. Or le monde alentour, Soleil et planètes, tournent de même, sans que l’on voie leur moteur. Automates, les bêtes vont donc comme des machines ; de même, le monde roule et tourne comme une montre. A la vue de ces fabrications, comment éviter le modèle des animaux-machines ou celui du monde-horloge ? Le mécanisme projette sur la nature et la vie le schéma des automates. A l’inverse, les machines imitent les mouvements du ciel.

    (Ecrivains, savants et philosophes font le tour du monde, Les essais du Pommier, 2009)

    avril 20, 2009 à 9 h 06 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s