"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

L’ail des ours

En cette période de l’année, les forêts commencent à se couvrir de tapis d’une plante à forte odeur d’ail au nom mystérieux : l’ail des ours.

Sans craindre d’énerver un plantigrade ronchon, on peut en cueillir les feuilles lancéolées et les consommer crues, hachées menues, en condiment des salades, ou cuites en soupes ou comme les épinards.

Et c’est partiiiiiii pour une nouvelle saison de cueillettes sauvages !

Publicités

5 Réponses

  1. Vincent

    Pour info : il semblerait (d’après Dégustez les plantes sauvages de François Couplan) qu’on dise « un ail, des aulx » pour l’ail cultivé mais « un ail, des ails » pour le sespèces sauvages.

    mars 29, 2009 à 23 h 52 min

  2. T’es sûr qu’on dit pas : « un ail, des ours » ?
    (warf ! warf !)

    mars 30, 2009 à 12 h 46 min

  3. 120

    Extrait du lien Wikipédia :

    […]

    L’ail des ours est une plante médicinale très ancienne connue des Celtes et des Germains. On a retrouvé des restes d’ail des ours dans les habitations du Néolithique.

    […]

    Ses feuilles se préparent sous forme de pesto, soupe ou comme épice dans des salades, des tisanes. On peut le cuire comme des épinards, le consommer sur des tartines avec du séré, ou encore dans du yaourt nature. On en fait enfin un beurre assaisonné pour les grillades.

    Depuis quelques années, l’ail des ours a retrouvé une popularité dans la cuisine du fait de sa haute teneur en vitamine C et de ses propriétés amaigrissantes.

    Il est conseillé de manger le bulbe cru pour préserver la vitamine C. L’essence est utilisée comme rubéfiant en cas de rhumatismes et comme désinfectant de l’atmosphère intérieure.

    mars 30, 2009 à 12 h 50 min

  4. 120

    Ecrit par François Couplan et Marc Veyrat :

    Gratin de pommes de terre à l’ail des ours

    Pour 4 personnes
    Préparation : 55 min

    1 kg de pommes de terre roseval
    100 g de beurre
    1 bouquet de feuilles d’ail des ours
    1 bouquet de thym
    1 l de lait
    100 g de beaufort râpé
    20 cl de crème fraîche épaisse
    gros sel, sel fin

    Pelez les pommes de terre en leur donnant à toutes la même forme de gros bouchon. Taillez-les en fines lamelles sans les laver. Hachez finement 10 feuilles d’ail des ours. Faites fondre le beurre dans une sauteuse, ajoutez la hachis d’ail des ours et les pommes de terre, faites suer quelques instants. Ajoutez le lait, du sel et le thym. Couvrez de papier aluminium et laissez cuire doucement 20 à 25 min. Vérifiez la cuisson.

    Egouttez les pommes de terre et déposez-les dans un plat à gratin en retirant le thym. Nappez avec la crème. Ajoutez le beaufort râpé et faites cuire 25 à 30 min dans le four à 180°C (th. 6). Une dizaine de minutes avant la fin de la cuisson, disposez 6 feuilles entières d’ail des ours sur le gratin et couvrez d’une feuille de papier d’aluminium. Le gratin ne doit pas être sec, mais réduit et onctueux. Servez chaud en garniture d’une viande.

    (Herbier gourmand, Hachette, 1997)

    avril 20, 2009 à 12 h 12 min

  5. 16 recettes avec de l’ail des ours sur le site d’Heidi Collombier (suivez le lien) :
    http://la.cuisine-sauvage.org/les-plants/lail-des-ours.html

    mai 9, 2010 à 18 h 54 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s