"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Technique de feu primitive

Attention, le choc risque d’être dur (et de produire peut-être une étincelle) : nos ancêtres — aussi loin que l’on remonte dans le passé — n’ont jamais allumé le moindre feu en frottant deux silex ! C’est tout simplement physiquement impossible.

« Mais alors, me direz-vous, ce qu’on nous a dit à l’école, ce qu’on voit dans les films, ce qu’on lit encore un peu partout ?

— Ce ne sont là qu’âneries, répétées à l’envi, comme tout lieu commun.

(…)

— Et cette odeur caractéristique, pourtant, lorsqu’on frotte deux silex, ces étincelles même qu’on s’est tous amusé un jour à faire jaillir ?

— Des étincelles dites « froides », qui donnent de la lumière mais ne peuvent produire le moindre feu. Car le silex, comme le quartz, est composé d’un oxyde de silicium — SiO2 — si saturé d’oxygène qu’il ne peut pas sous le choc se mettre à brûler avec l’oxygène de l’air. Les scientifiques appellent ce phénomène triboluminescence. Pour pouvoir provoquer l’inflammation des petits végétaux, il faut en effet une étincelle dite « chaude », une particule de fer incandescente qui, projetée dans l’air, brûle en se consumant, comme dans les gerbes de fil de feu qui jaillissent d’une meuleuse.

— Comment faisaient-ils, alors, pour faire du feu. Uniquement avec des bois frottés ?

— Non, non… enfin, on ne le pense pas, cette technique n’est attestée que vers – 10 000. Vraisemblablement, pendant les centaines de milliers d’années précédentes, ils utilisaient bien un silex, mais ils le frappaient contre un minerai de fer : pyrite ou marcassite. Avec un peu d’amadou (ce champignon qui pousse dans nos régions sur le tronc des arbres) pour recueillir l’étincelle et produire la première braise, c’est tout simple. Regarde !

Publicités

7 Réponses

  1. Amélie

    Qu’ils aient vu les étincelles produites par la percussion de deux silex (lors de la fabrication d’outils), s’admet facilement. Mais la pyrite ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval ! Comment en sont-ils venus à associer pyrite et silex ??!!!
    En revanche, cette découverte a du véritablement entamer la lutte contre le « temps pris » : débuter un feu avec silex et pyrite est quasiment instantané et demande un effort moindre comparé à la technique du bois frotté. Je suis sûre que c’est la découverte de la pyrite et du silex qui ont marqué le début de la modernité et de cette course déchaînée contre le temps !

    mai 10, 2008 à 10 h 48 min

  2. Vincent

    Il semblerait que la pyrite/marcassite se trouve dans les mêmes zones que le silex (à vérifier).

    En tout cas, il y a plus de « chances » qu’ils aient trouvé cette technique (comme tu le suggères : à force de manipuler quotidiennement les pierres) que celle des bois frottés (qui, elle, a peu de chance d’apparaître « par hasard »… et qui est, à tout bien considérer, beaucoup plus compliquée)

    mai 10, 2008 à 11 h 23 min

  3. 120

    Ecrit par Jacky Parmentier

    « (…) On est vraiment un homme qu’après avoir réussi à faire du feu. Ce que toutes les sciences humaines affirment : la maîtrise du feu est l’étape décisive de l’accession de l’homme à son humanité. Tous les enfants le savent, voilà pourquoi autant de filles et fils d’homme depuis tant de générations essaient de retrouver les mystères du feu de leurs ancêtres. (…) »

    (Faire du feu comme nos ancêtres, Eyrolles, 2003)

    mai 10, 2008 à 11 h 27 min

  4. Ourko

    Chacun sa technique pour « être un homme ». En voici des plus… disons… « postmodernes » :

    mai 10, 2008 à 12 h 01 min

  5. Ourko

    Encore plus « postmoderne » :

    mai 10, 2008 à 12 h 01 min

  6. Bonjour !
    Pour ce qui est de la découverte de la production de feu avec silex et marcassite, je peux ajouter que dans certains sites antérieurs à la date communémment admise de l’utilisation de cette méthode on trouve des nodules de marcassite intacts avec d’autres objets curieux comme des coquillages, des cristaux ou des pierres de formes étranges. Les nodules ont certainement été rammassés par curiosité bien avant que l’on découvre leur utilité pour la production du feu. Ne jamais oublier que l’on parle d’échelles de temps très supérieures à une génération…

    Pour ce qui est de la rapidité de production du feu avec les deux méthodes, à entraînement égal elles sont tout à fait comparables en temps d’obtention de braise car il faut gratter une grande quantité d’amadou pour la marcassite et il faut simplement faire une encoche dans la méthode à arc. La méthode avec marcasiite est simplement moins fatiguante.

    Bonne journée.

    Stéphane

    mai 11, 2008 à 11 h 05 min

  7. Vincent

    Merci M’sieur Bois pour ces précieuses informations (et bienvenue !).
    Avez-vous connaissance d’une « méthode » antérieure à celle de la marcassite ?

    mai 11, 2008 à 12 h 05 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s