"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Apocalypse snow

Petit imprévu lors de la dernière « nuit sauvage » (voir article du mois dernier). On avait imaginé rencontrer le printemps – et le célébrer comme il se doit – et on est tombé sur… une bonne couche de neige. Il faut dire qu’on était monté dans le Haut-Doubs, à plus de 900 m d’altitude.

foret-mars-08-081.jpg

Du coup, la fête du printemps s’est transformé en stage improvisé de survie en conditions extrêmes.

Petit récapitulatif – en images – des techniques employées (on ne sait jamais, ça peut servir) :

Couchage :

On a d’abord tenté la bâche étanche directement sur la neige, en se disant que celle-ci étant molle, ça pouvait être carrément confortable. Oui mais voilà, le problème c’est que la neige c’est aussi – et surtout – froid, et que le froid, quand il vient par dessous, ça empêche vraiment de dormir !

On a donc :

– enlevé la neige.

– recouvert le sol de branches de sapin.

– posé la bâche plastique par dessus, puis nos duvets.

foret-mars-08-070.jpg

foret-mars-08-053.jpg

Séchage :

On a beau être (ou se prétendre) « préhisto », les chaussures, chaussettes et pantalon trempés, c’est pas ce qu’il y a de plus jouissif. On est donc revenu sur notre décision initiale de ne pas faire de feu.

On a donc :

– posé un caillebotis isolant le foyer du sol mouillé

– monté un « tipi » de bois sec (cueilli sur les troncs) et approché la bougie

– fait sécher nos affaires.

foret-mars-08-036.jpg

foret-mars-08-059.jpg

Et hop, au dodo ! Pas mal, non ?

Publicités

26 Réponses

  1. wow 😯

    avril 4, 2008 à 0 h 47 min

  2. Amélie

    Vinceeeent ! tu n’as pas parlé de la faune !!! Ah oui… tu dormais…
    On a été visités pendant la nuit par des rongeurs (carrément sur la bâche) et des bêtes à cornes (devant nos pieds). Malheureusement, moi je suis myope, donc j’ouvrais mes grands yeux aveugles sans rien voir… j’ai juste entendu les grattements frénétiques, sans doute des mulots, qui essayaient de faire un trou dans le carton du paquet de biscuits, juste derrière ma tête, et les aboiements répétés, devant nos pieds, de chevreuils vraisemblablement. Bien sûr, on a retrouvé les traces de tout ça au réveil… mais ce n’ets pas moi qui ai les photos…

    avril 4, 2008 à 9 h 13 min

  3. Vincent

    Sinon, j’étais en train de finir La route : j’ai eu par moment du mal à distinguer la réalié de la fiction.

    Quant au p’tit déj’ « préhisto » qu’on avait initialement imaginé (à base de plantes sauvages comestibles : jeunes pousses d’épicéa, feuilles de hêtre, cardamine des prés, etc…)… faudra évidemment attendre – au moins – le mois prochain !

    avril 4, 2008 à 11 h 58 min

  4. Vincent

    L’autre jour, dans l’excellete émission C dans l’air (sur France 5), j’entendais un ingénieur de Météo France préciser que s’il existait bien quatre saisons « astronomiques » (déterminées par la durée du jour et de la nuit), météorologiquement il n’en existe que deux : l’été et l’hiver (le printemps et l’automne n’étant que des phases de tansition).
    Je comprends mieux…

    avril 4, 2008 à 12 h 04 min

  5. Vincent

    La faune : je retiens pour ma part surtout les oiseaux qui se sont déchaînés le matin, au lever du soleil, sans qu’on puisse deviner, la veille au soir, qu’il y en avait autant cachés dans les branches.

    Je ne sais pas ce qu’en pensaient nos lointains ancêtres, mais c’est assez impressionant : on croirait vraiment que ce sont les arbres qui chantent. Comment imaginer – si on e le sait pas déjà – que ce puisse être de si petites (et fragiles) bêtes qui font un tel barouf !!!

    avril 4, 2008 à 12 h 10 min

  6. Amélie

    Moi qui n’ai pourtant aucune de ces réticences qu’ont parfois les filles à être seules dans des endroits hostiles, je dois avouer que là, j’ai un peu douté de mes capacités à apprécier une nuit sauvage de ce type. Je crois que les fous-rires m’ont beaucoup aidée, et aussi le fait de savoir que Vincent était capable de rendre n’importe quelle situation confortable : la preuve !

    avril 4, 2008 à 12 h 11 min

  7. Barbarella

    qu’est-ce qu’il faut pas entendre….
    Pour info, les petits mignons, vous n’étiez pas seuls : Ourko et moi on avait eu l’info sur le blog et on était bien planqués à quelques mètre dans nos sacs de couchage de grande montagne (eh oui,on est pas des imbéciles heureux, nous : on sait que quand c’est le printemps à Besançon, c’est encore le plein hiver dans le Haut Doubs !!!!) : Vous vsou les êtes caillées grave !!!!

    avril 4, 2008 à 12 h 15 min

  8. Amélie

    Attend, c’est bon, on a quand-mêem fait u feu pour sécher et réchauffer nos chaussettes, pantalons et chaussures, juste au pied du lit; si c’est pas top luxe, ça !?

    avril 4, 2008 à 12 h 17 min

  9. Ourko

    J’allais intervenir aussi, Barbarella… ne serait-ce que pour poser une simple question à Amélie qui laisse entendre que Vincent rend tout confortable : rappelle-nous, stp, sa théorie de la couverture, et ton avis, aujoud’hui, sur la question ?

    avril 4, 2008 à 12 h 19 min

  10. Barbarella

    Ah ouais ? et il s’est enfoncé dans la neige au bout de combien de temps votre feu ?
    Oui, parce que ça vous ne l’avez pas dit, mais le feu, il est bien parti… masi au bout d’un moment il s’est complètement enfoncé dans la neige, et on ne voyait même plus les flammes !

    avril 4, 2008 à 12 h 19 min

  11. Amelie

    Heu… Ourko : le jour où tu réussiras à emmener une fille dormir avec le strict minimum dans la forêt, et qu’elle s’endormira et se réveillera en souriant, tu pourras la ramener…

    avril 4, 2008 à 12 h 24 min

  12. Isidore

    C’est bien gentil ça, mais moi aussi j’y était… Et quel boulot!!! Il a fallu tout aménager, discrètement en plus, pour que ça ressemble à la nature mais que ça reste quand même confortable (Ah! les filles!!!)… Du bois pas trop loin, de la neige pas trop froide mais bien blanche quand même, un concert d’oiseau le matin (il a fallu sacrément négocier avec eux parce qu’il n’avaient vraiment pas envie de chanter… surtout pour ces urbains néo-préhistorique)… Et puis sans oublier de petites frayeurs nocturnes en imitant le castor et l’antilope à roulette (j’suis pas sûr qu’ils les ont d’ailleurs vraiment reconnus, mais bon…) Et puis le groupe électrogène hyper silencieux pour les radiants cachés dans les arbres; histoire de leur éviter une congélation trop rapide et permettre à certaine de se réveiller avec le sourire 😉 En bref, pas une minute de sommeil, acré non de guuu!!!

    avril 4, 2008 à 12 h 41 min

  13. Isidore

    D’ailleurs je n’ai même pas eu le temps de corriger les fautes d’orthographes.

    avril 4, 2008 à 12 h 44 min

  14. Amelie

    POUr les radiants, Isidore, va falloir appeler le service après-vente, parce qu’OUrko a un peu raison : Vincent depusi le début est convaincu que la couverture en laine qu’on met généralement en dessous, est inutile; A force qu’il le rabâche à chaque fois, et aussi parce que je croyais que c’était le printemps, je n’ai emmené que celle du dessus (oui, on a une petite routine, maintenant, et c’est moi la préposée aux couvertures…). Au final, on était comme couchés sur un bloc de glace qui envahissait douloureusement mes pieds et mes jambes, de sorte que je n’osais pas m’endormir de peur de devoir être amputée au réveil… je passais d’un côté sur l’autre pour me permettre de réchauffer alternativement la partie de mon corps qui ne touchait pas par terre… et je me frottais les pieds l’un contre l’autre, sans discontinuer… j’étais au bord des larmes quand Vincent s’est miraculeusement extrait de son profond sommeil et a avec beaucoup de sollicitude proposé qu’on mette la couverture du dessus, sous nos fesses. Et là, ça a été tout de suite mieux… j’ai du m’endormir une heure avant que les oiseaux commencent à chanter… Bien sûr, lui qui avait fait une nuit de 8 heures, m’a immédiatement REVEILLEE : « t’enteeeeends ? dis, t’enteeends ? c’est sun pic !!!! »
    Moralité : en cas de froid, la couverture, c’est en dessous !!!!

    avril 4, 2008 à 12 h 53 min

  15. Barbarella

    Et puis alors, le plan « on part sans provisions, on dinera de notre cueillette… »
    Nan mais je rêve… sous 30 cm de neige !!!! Je me souviens que vous avez dérogé à votre habituelle « tisane in ze thermos », n’emportant qu’une bouteille d’eau et un butagaz, persuadés que vous vous feriez une tisane avec quoi déjà ? des jeunes pousses de sapin, c’est ça ???
    Nan, mais redescendez sur terre les amis !

    avril 4, 2008 à 14 h 01 min

  16. Amélie

    Bon, ça va on n’est pas morts de faim ! On avait quand-même l’habituel « forest cake », cette fois-ci c’était carottes, bananes et noix, donc on n’a pas eu faim. Et puis c’est pas trop bien de boire de la tisane avant de dormir, sachant qu’il faudra se relever pour faire pipi en sortant du duvet chaud et en enfilant des chaussures trempées-glacées…

    avril 4, 2008 à 14 h 04 min

  17. Barbarella

    Hahahahaha ! Comme tu t’es fait avoir, Amélie !!!! tu es allée plus loin pour faire pipi ??? dans la neige glacée et tout ? Parce que moi, de mon poste d’observation j’ai cru voir Vincent faire pipi « depuis » votre « lit » !!!!!

    avril 4, 2008 à 14 h 07 min

  18. Vous pensiez retrouver le printemps en passant une heure à la belle étoile. Et vous avez trouvé la saison d’avant, c’est à dire l’hiver. Rien de plus normal pour des gens sont toujours en retard d’une saison et qui laissent leur blog à l’heure d’hiver, non ?

    avril 4, 2008 à 17 h 45 min

  19. Evidemment, fallait lire « une nuit » au lieu de « une heure »

    avril 4, 2008 à 18 h 20 min

  20. Amélie

    Nan, le printemps, on l’abrite
    Dans nos cages thoraciques !
    On a juste pensé le célébrer
    Dans une forêt tempérée…
    Mais qu’importe la neige et le froid,
    Tu as pu constater aujourd’hui qu’il est toujours là !

    avril 4, 2008 à 20 h 36 min

  21. Ourko

    Et ta technique pour faire sécher tes chaussures, Vincent, pourquoi tu n’en causes pas ?

    avril 6, 2008 à 9 h 47 min

  22. Vincent

    Ouais, ben c’est bon… Et puis je te signale, gros malin, qu’elle est efficace ma méthode. D’accord la semelle était toute fondue sur l’avant (il a fallu in extremist que je la remodèle et la trempe dans la neige froide), mais tu ne peux pas dire le contraire : elle avait bien séché !
    Et toc !

    avril 6, 2008 à 9 h 51 min

  23. Barbarella

    Oui pis c’est pas comme si tu étais obligé de t’en racheter une paire, hein ? Ca ça serait con…
    Sinon, Amélie, on t’a vue « laver tes lunettes à l’au chaude savonneuse » de retour chez toi ! Laver tes lunettes ???!!!

    avril 6, 2008 à 11 h 18 min

  24. Amélie

    … je ne comprenais pas pourquoi j’étais poursuivie par cette épouvantable odeur de feu de bois alors que je m’étais douchée et changée… c’étaient les lunettes…
    et apprend à écrire « eau » avant de balayer devant ma porte…

    avril 6, 2008 à 11 h 20 min

  25. je te vois bien, Vincent, aller au boulot avec tes pompes préhistoriques !

    avril 10, 2008 à 22 h 12 min

  26. Vincent

    Prochaine « nuit sauvage », ce vendredi… du côté de Vilars-St-Georges (et vraisemblablement avec Patrice et les gamins). Bernard, si tu veux/peux te joindre à nous, pas forcément pour dormir mais pour la cueillette/dégustation du vendredi soir ou du samedi matin, contacte-nous.

    avril 15, 2008 à 10 h 17 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s