"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Se regarder au fond des aïeux

L’histoire – on le sait – est une reconstruction souvent idéologique du passé. En parlant de nos ancêtres, c’est avant tout nous, plus ou moins consciemment, qu’on révèle.

Aux époques religieuses, on les imaginait comme des dieux (Titans et autres).

La modernité progressiste les imagine forcément en brutes épaisses, pas très futées.

Comment les verrons-nous demain ?

Publicités

32 Réponses

  1. Pierre Tisserand

    L’homme fossile

    V’là trois millions d’années que j’dormais dans la tourbe
    Quand un méchant coup d’pioche me trancha net le col
    Et me fit effectuer une gracieuse courbe
    A la fin de laquelle je plongeai dans l’formol
    D’abord on a voulu m’consolider la face
    On se mit à m’brosser mâchoire et temporal
    Suivit un shampooing au bichromat’ de potasse
    Puis on noua un’ faveur autour d’mon pariétal

    Du jour au lendemain je devins un’ vedette
    Journeaux télévision y’en avait que pour moi
    Tant et si bien du rest’ que les autres squelettes
    Se jugeant délaissés me battaient un peu froid
    Enfin les scientifiqu’s suivant coutumes et us
    Voulant me baptiser de par un nom latin
    M’ont appelé Pithécanthropus Erectus
    Erectus ça m’va bien moi qu’étais chaud lapin

    Et ces messieurs savants à bottin’s et pince-nez
    Sur le vu d’un p’tit os ou d’une prémolaire
    Comprirent que j’possédais de sacrées facultés
    Qui me différenciaient des autres mammifères
    Ils ont dit que j’étais un virtuos’ du gourdin
    Qui assommait bisons aurochs et bonn’ fortune
    Que j’étais drôl’ment doué pour les petits dessins
    De Vénus callipyg’ aux tétons comm’ la lune

    Ils ont dit que j’vivais jadis dans une grotte
    Ils ont dit tell’ment d’choses tell’ment de trucs curieux
    Qu’j’étais couvert de poils et qu’j’avais pas de culotte
    Alors que j’habitais un pavillon d’banlieue
    J’étais comm’ tout le mond’ pétri de bonn’s manières
    Tous les dimanch’ matins je jouais au tiercé
    Je portais des cols durs et des bandag’s herniaires
    C’était avant la guerr’ avant qu’tout ait sauté

    C’était voilà maint’nant bien trois millions d’années
    Vous n’avez rien à craindre y a plus de retombées

    (chanté par Serge Reggiani)

    février 15, 2008 à 15 h 23 min

  2. Malcolm de Chazal

    FACE A FACE
    La supériorité du singe sur l’homme, c’est que le singe dans le miroir se voit singe.

    (Science magique, 1957)

    février 15, 2008 à 15 h 38 min

  3. Pour rebondir sur le texte de Vincent, quand même : on est bien partis d’une soupe de cellule, on a pas été malins tout de suite (si maintenant on peut se considérer comme malins …)

    Et tu veux bien étayer ta thèse du self made man, s’il te plait ? car j’ai du mal à suivre

    Et salut le Pierre ! Surpris et heureux de te voir ici ! 🙂

    février 15, 2008 à 15 h 55 min

  4. Amélie

    Je pense qu’on les verra peut-être comme il me semble qu’on commence déjà à les entrevoir : comme une sorte d’idéal lointain, irréel, perdu. Peut-être aussi dans le sens où leur rapport au temps était sain, parce que plus immédiat que le notre, et que du coup, aucune de leurs actions n’était entravée par tout ce qui entrave les nôtres. Mais ce que je dis là, c’est vraiment de l’ordre du fantasme.C’est jeté sur le blog à la va-vite entre deux coups de fil et je ne l’ai pas encore scanné au filtre de mon (pauvre) sens critique. Je compte sur vous pour le faire ! 😉

    février 15, 2008 à 16 h 58 min

  5. Amélie

    et j’adore cette phrase de Malcolm de Chazal. Je crois que c’est elle qui m’a soufflé cette notion d’immédiateté, de rapport direct.

    février 15, 2008 à 17 h 01 min

  6. Vincent

    La thèse du « self made man », donc ?
    Heu… C’est pas vraiment une « thèse », mais je vais essayer de développer l’idée (qui reste évidemment à affiner) :

    L’image couramment partagée aujourd’hui est celle d’un ancêtre parti de pas grand chose (moins adapté que les autres espèces au départ) qui, à force d’astuce et de volonté, et surtout sans l’aide de rien ni personne, est arrivé malgré tous les obstacles d’un monde hostile au sommet de la création.

    Je constate juste qu’il y a là un peu trop de similitude avec le mythe moderne du « self made man » pour que ce ne soit pas suspect.

    février 15, 2008 à 17 h 38 min

  7. Vincent

    Un exemple de poncif de l’idéologie « progressiste » (dont sont truffés, soit dit en passant, aussi bien la version filmée par Jean-Jacques Annaud de La Guerre du feu que L’Odyssée de l’espèce) :

    On imagine toujours nos ancêtres préhistoriques (quelle que soit la période représentée) émettant des grognements plus ou moins articulés (sorte de pré-« petit nègre »). Or, rien ne permet d’attester véritablement de cela.

    (cf. commentaire suivant)

    février 15, 2008 à 17 h 57 min

  8. Cavanna

    « Tous les peuples, aussi « sauvages » aient-ils pu être – certains encore à l’âge de pierre -, qu’on a découverts avaient un langage très élaboré. On n’a jamais trouvé une langue à l’état d’ébauche. On peut même presque poser en règle qu’une langue est d’autant plus complexe qu’elle est parlée par un peuple moins « civilisé ». En effet, les langues évoluées ont été l’objet d’une prise de conscience par ceux qui les parlent, lesquels en ont dégagé les règles de fonctionnement (grammaire) et en ont étudié, épuré le vocabulaire. Une langue devenue littéraire est une langue relativement simplifiée. Une langue à l’état brut (et non écrite) fourmille d’exceptions, d’illogismes apparents, d’archaïsmes, d’allusions, de métaphores… »

    (Avant-propos de La déesse Mère, Albin Michel, 1997)

    février 15, 2008 à 17 h 58 min

  9. Vincent

    Autre exemple :

    On présente « traditionnellement » Néanderthal (l’Homo qui a précédé, cotoyé puis cédé la place à Sapiens) comme une brute épaisse moins adaptée que « nous », (qui sommes – qui en doute ? – si raffinés, subtils, etc.), sans jamais imaginer qu’ils puissent avoir été tout bonnement exterminés par plus agressifs qu’eux.

    février 15, 2008 à 18 h 05 min

  10. Isidore

    « Un homme de Néandertal ou Néandertalien est un représentant fossile du genre Homo qui a vécu en Europe et en Asie occidentale au Paléolithique moyen, entre environ 250 000 et 28 000 ans avant le présent. Autrefois considéré comme une sous-espèce au sein de l’espèce Homo sapiens, nommée par conséquent Homo sapiens neanderthalensis, il est désormais considéré par la majorité des auteurs comme une espèce indépendante nommée Homo neanderthalensis.

    Il est à l’origine d’une riche culture matérielle appelée Moustérien, ainsi que des premières préoccupations esthétiques et spirituelles (sépultures). Après une difficile reconnaissance, l’homme de Néandertal a longtemps pâti d’un jugement négatif par rapport aux Homo sapiens. Il est encore considéré dans l’imagerie populaire comme un être simiesque, fruste, laid et attardé. Il est en fait plus robuste qu’Homo sapiens et son cerveau est légèrement plus volumineux en moyenne. Les progrès de l’archéologie préhistorique et de la paléoanthropologie depuis les années 1960 ont mis au jour un être d’une grande richesse culturelle. De nombreux points sont encore à élucider, notamment concernant les causes de son extinction. »

    Voici un résumé de Wikipédia concernant l’homme de Néandertal. Remarquons qu’il a quand même vécu près de 220 000 ans alors que notre moderne Cro-Magnon ne semble guère avoir plus de 40 000 ans. Ceci a donc du lui laisser du temps pour faire de belles choses… fort civilisées à n’en pas douter.

    février 16, 2008 à 8 h 19 min

  11. Vincent

    Pour qu’il n’y ait pas de malentendus (comme le pointe Yatsé en faisant allusion à la « soupe de cellules ») :

    Il ne s’agit pas ici (du moins pour moi) de remettre en cause le principe de l’évolution des espèces, mais celui du progrès (incontestable) de l’humanité, et tout particulirement la mesure de celui-ci en terme uniquement technique.

    En deux mots, ce n’est pas parce qu’une société ne fabrique que des objets rudimentaires qu’elle est forcément stupide et démunie, ce n’est pas parce qu’on n’a pas d’écriture qu’on est sans subtilié ni richesse (l’étude des civilisations Celtes et Amérindiennes nous le confirme, il me semble).

    Mais ce n’est évidemment pas non plus parce qu’on développe écriture et technique qu’on devient forcément plus… bête.

    février 16, 2008 à 9 h 33 min

  12. Ourko

    Plus prétentieux, peut-être ?

    février 16, 2008 à 9 h 34 min

  13. Vincent

    Même pas, on devait l’être aussi pas mal dès le départ, non ?

    février 16, 2008 à 9 h 36 min

  14. Vincent

    Pour répondre à la question de départ : comment les verrons-nous demain ?

    Si, au lieu de les voir en Dieux ou en brutes épaisses, on les voyait tout simplement en Frères (je n’ose pas dire en Pères à une époque où on fait tout pour le « tuer »), avec qui nous pourrions discuter, échanger, etc. ?

    février 16, 2008 à 9 h 44 min

  15. ok je comprend mieux ta pensée, sur le fait qu’on ne puisse juger la richesse d’un peuple seulement sur un critère unique de capacité (technique, technologique, verbal…)

    j’ai encore un peu de mal avec le principe de « self made man » (auquel je suis très attaché puisque j’y crois 🙂 ) dans le sens où les personnes qui écrivent l’histoire de la préhistoire sont très certainement des scientifiques chercheurs, très loin du profil de rockfeller, donc pas forcément enclins à adapter un modèle qui n’est guère le leur …

    D’ailleurs pour rebondir sur l’argument de l’homme au top de la création que commme toi je ne partage pas, je pense qu’il y a encore mieux que l’homme qui arrive bientôt ! 😉 (comptons 1000 ans et des bananes, c’est quoi à l’échelle de l’humanité ?)

    février 17, 2008 à 20 h 12 min

  16. Vincent

    Le « modèle » qui me semble être commun aux chercheurs comme aux Rockfeller de la Modernité, Yatsé, est celui de l’individu qui, à force de rationnalité et de volonté, cherche à se libérer des contraintes d’une Nature hostile (notamment en cherchant à la maîtriser et dominer).

    Je parierais, pour ma part, plus volontiers pour un ancêtre moins en conflit avec son environnement et davantage guidé par les rêves, des récits symboliques plutôt irrationnels et des effets de groupe.

    Sinon, tu penses à quoi quand tu imagines « mieux que l’homme » ?

    février 18, 2008 à 15 h 42 min

  17. Barbarella

    Vois déjà les faits de société, avec le Métrosexuel, puis l’Übersexuel… comme si on mutait l’espèce.
    Tiens, sondage… parmi vous, les hommes, combien utilisent un de ces trois produits :
    1/ crème hydratante
    2/ gommage (corps ou visage peu importe)
    3/ Senbon

    hmmm ?

    février 18, 2008 à 18 h 10 min

  18. eheh, en bon technophile, je dirais l’ordinateur de façon naïve …

    dans mon image de l’évolution, je vois bien les cellules, puis le règne végétal, enfin le règne animal. Et puis quoi après ?

    pourquoi pas un règne d’une entité qu’on dessine à peine pour l’instant le contour seulement grâce à la littérature et au cinéma …

    Enfin, on a déjà bien à faire avec le préhistorique …

    et 3/ pour moi mamzelle

    février 18, 2008 à 18 h 24 min

  19. Vincent

    Un OGM ?
    Y’a des chances (ou des risques) en tout cas.
    Tiens, ça pourrait être l’objet d’un prochain article (pas trop dans le sujet, mais bon…) : si vous aviez le pouvoir de changer génétiquement à votre guise l’espèce humaine que lui enlèveriez-vous, que lui ajouteriez-vous ?
    (J’ai pour ma part déjà ma petite idée)

    février 18, 2008 à 19 h 27 min

  20. sobelo

    le chromosome Y
    mdr…

    février 18, 2008 à 22 h 37 min

  21. sobelo

    NB : je l’enlèverai bien sûr, ce petit Y

    février 18, 2008 à 22 h 38 min

  22. sobelo

    Il me semble, barbarella, que l’espèce übersexuelle, représenté par le beau et talentueux et infiniment viril Nesspresso What Else, est antécédent à l’espèce metrosexuelle, représenté par le beau et talentueux et infiniment pas viril Mika…Mais je peux me tromper…
    (ça fait du bien de rire un peu, non???)

    février 18, 2008 à 22 h 45 min

  23. Barbarella

    dans les faits, je suis d’accord : l’infiniment beau et talentueux (surtout quand il fait sa petite moue rieuse, hmmmm !!! là on mesure mieux son immense talent) Nespresso what else est antécédent à Mika. POurtant il me semble que le terme Übersexuel est né plus tard… Enfin, on chipote on chipote, mais tout ça c’est surtout pour évoquer l’immensément beau et talentueux….ah et puis très viril aussi !

    février 18, 2008 à 23 h 14 min

  24. sobelo

    RAAAAAAAAAAAAA !!
    Moi, je veux bien être très très primitive où il veut et qd il veut !!!

    février 18, 2008 à 23 h 19 min

  25. sobelo

    Tiens d’ailleurs, Râhan !! c’est pas un beau spécimen übersexuel?? alors, c’est qui le premier? Mmmh?

    Vrai de vrai übersessoual çui là…

    Miam…

    février 18, 2008 à 23 h 21 min

  26. sobelo

    miam miam miam miam

    février 18, 2008 à 23 h 23 min

  27. sobelo

    c’est beau la primitude…

    février 18, 2008 à 23 h 23 min

  28. l’inconvénient de l’ubersexuel qui vieillit, c’est quand même les poils qui poussent dans les oreilles…

    février 18, 2008 à 23 h 37 min

  29. avouez, les filles, que c’est pas super sexy …

    février 18, 2008 à 23 h 39 min

  30. Barbarella

    Sans rire, Yatsé, moi les poils qui poussent dans les oreilles, dans le nez et sur les sourcils des homme qui vieillissent ne me dérangent pas. Je ne trouve pas ça anti-sexy…
    Ca te rassure ? Tu es un Übersexuel vieillissant ?

    février 19, 2008 à 10 h 10 min

  31. amélie

    Tant qu’il a le regard du princequisaitetquicomprend, un homme avec des poils partout sur le visage reste sexy. Terriblement même.
    Suis-je la seule ou bien sommes nous toutes plus attirées par un homme à la primitivité affichée ?
    Metro vs Über
    hmm ?

    février 19, 2008 à 10 h 20 min

  32. sobelo

    Moi je vote über, définitivement.
    l’évolution de l’espèce, c’est aussi le poil qui se raréfie sur le sommet du crâne…

    février 19, 2008 à 10 h 41 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s