"Aux explorateurs de l’inconnu qui aiment apprendre en faisant un pas en arrière sur le chemin des ancêtres." Pascale Arguedas

Sens dessus dessous

Sous le vernis moderne, donc, l’archaïque en nous.

Mais aussi…

Sous les pavés, la plage.

Sous le voile qui la masque, la vérité.

Sous ses habits d’apparat, le Roi nu.

Sous les jupes filles, l’origine du monde.

Sous le balcon de Juliette, Roméo.

Sous celui de Marie-Christine, Nougaro.

Et quoi encore ?

Publicités

68 Réponses

  1. Vincent

    Sous les masques, d’autres masques (à l’infini).

    février 13, 2008 à 20 h 01 min

  2. L'Ecclésiaste

    Sous le soleil, rien de nouveau.

    février 13, 2008 à 20 h 06 min

  3. Christian Bobin

    Il y a trois ou quatre ans
    un enfant m’a demandé
    ce qu’il y avait dessous la terre desous le monde
    (…) J’ai donc répondu
    sous la terre le feu
    sous le feu un serpent
    et puis j’ai ajouté
    au fond je n’en sais rien
    dessous la terre dessous le monde
    il y a je ne sais trop quoi

    (La vie passante, Fata Morgana, 1990)

    février 13, 2008 à 20 h 08 min

  4. Ourko

    Sous le soleil ?… Un feuilleton débile, plutôt !
    (Il avait pas la télé, L’Ecclésiaste, je parie)

    février 13, 2008 à 20 h 10 min

  5. Georges Bernanos

    Non !
    Sous le soleil : deux satans !

    février 13, 2008 à 20 h 11 min

  6. Ourko

    Et « Sous le vent », un loup Garou et une mèr’Dion.

    février 13, 2008 à 20 h 12 min

  7. Sous le gui ? des bisous !

    février 13, 2008 à 22 h 05 min

  8. Et sous Guy ?? le gros Robert, biensur !

    février 13, 2008 à 22 h 05 min

  9. sobelo

    Sous nos pieds tous les disparus,
    Et sous leurs âmes,
    Nous.

    février 14, 2008 à 9 h 24 min

  10. Vincent

    Wahou, c’est joli ça, sobelo !
    (C’est carrément « Amérindien », même, dans l’esprit)

    février 14, 2008 à 9 h 39 min

  11. Vincent

    Sous les apparences, une source obscure.

    février 14, 2008 à 9 h 39 min

  12. sobelo

    Cool j’suis une vraie squaw…

    février 14, 2008 à 9 h 56 min

  13. amélie

    Sous le sourire, la grimace

    février 14, 2008 à 10 h 52 min

  14. amélie

    Sous la grimace, la douleur

    février 14, 2008 à 10 h 52 min

  15. amélie

    Sous la grimace, le plaisir aussi

    février 14, 2008 à 10 h 53 min

  16. amélie

    Sous le plaisir, la douleur parfois

    février 14, 2008 à 10 h 53 min

  17. amélie

    Sous l’un, parfois, des multiples

    février 14, 2008 à 10 h 56 min

  18. amélie

    Sous le masque, rien ?

    février 14, 2008 à 10 h 58 min

  19. Vincent

    Sous le cerveau, le coeur.
    Sous le coeur, les tripes.
    Sous les tripes, le sexe.
    Sous le sexe, …heu… les genoux ?

    février 14, 2008 à 11 h 00 min

  20. Vincent

    Nan, sous le masque, un autre masque (à l’infini) cf. 1er commentaire.
    T’es pas d’accord ?

    février 14, 2008 à 11 h 01 min

  21. Vincent

    Sous la mère, le veau.
    Sous la mer, de l’eau.

    février 14, 2008 à 11 h 03 min

  22. Ourko

    Sous Mamère, Borloo.

    février 14, 2008 à 11 h 03 min

  23. Vincent

    Et sous ton ânerie (pour rester poli), Ourko, ça va être dur de trouver quelque chose : elle écrase tout !
    😉

    février 14, 2008 à 11 h 05 min

  24. amélie

    non. Pas d’accord sur la mise en abîme du masque. Certains avancent masqués parfois, parce que justement, ils n’ont rien à cacher.

    février 14, 2008 à 11 h 09 min

  25. amélie

    Certains masques recouvrent parfois une effrayante vacuité.

    février 14, 2008 à 11 h 10 min

  26. amélie

    ils ne sont plus là alors pour cacher, masquer, un autre masque qui doit être dissimulé, mais plutôt pour donner un semblant de forme à ce qui n’en a pas. Dans tous les cas, ça reste trompeur.

    février 14, 2008 à 11 h 12 min

  27. barbarella

    Ourko, tu me rappelles vaguement quelqu’un que j’ai connu sur un blogbio…

    février 14, 2008 à 11 h 13 min

  28. sobelo

    Sous ma colère, mon amour,
    sous mon acidité, mes larmes,
    sous mes rires, ma peur.
    Quelle bonheur la complexité de l’humain.
    Et quel merdier aussi.

    février 14, 2008 à 11 h 14 min

  29. amélie

    mais est-ce qu’en étant plus primitifs on ne réduit pas les couches de masques pour arriver au dernier masque, justement, celui qui ne recouvre rien ?

    février 14, 2008 à 11 h 19 min

  30. sobelo

    haha !
    sous le dernier masque, il y a toi.
    et c’est pas rien.
    de ttes façons, la nature a horreur du vide…

    février 14, 2008 à 11 h 22 min

  31. amélie

    Ah oui ! merde ! y a moi !
    Comme c’est pas beau à voir, avançons masqués….

    février 14, 2008 à 11 h 32 min

  32. sobelo

    qd on se trouve pas beau, on met un masque qui nous parait mieux.
    et souvent, on perd au change.

    février 14, 2008 à 11 h 51 min

  33. Alain

    Ce qu’il y a dessous, ce qui est au fond, ce qui est en bas.
    On rejoint le mythe de CTHULHU, et plus généralement celui des souterrains, autres cavernes, des terres creuses, et des mythes anciens, enfouis et oubliés.
    C’est au fond du temps et de la géographie, c’est au fond de nous, c’est quoi ?

    On est dans le sujet

    février 14, 2008 à 12 h 11 min

  34. amélie

    CTHULHU ???
    Oui, c’est ce que j’essayais d’expliquer à Sobelo concernant le sens qu’on donne au mot préhistorique, ici, au PP.

    février 14, 2008 à 12 h 30 min

  35. Vincent

    Sous la terre (et ses fleurs), tout un réseau essentiel et profond de racines.

    février 14, 2008 à 19 h 13 min

  36. sobelo

    Et sous notre monde conscient, tout ce qui nous échappe…

    février 14, 2008 à 22 h 49 min

  37. Ourko

    Sous le tapis du salon, toute la poussière du monde.

    février 15, 2008 à 10 h 33 min

  38. Ourko

    Sous la peau du visage, une tête de mort.

    février 15, 2008 à 10 h 34 min

  39. Ourko

    Sous mon lit, des moutons (que je compte en m’endormant)

    février 15, 2008 à 10 h 40 min

  40. Ourko

    Sous la peau, un écorché vif.
    Sous la chair à vif, un squelette ambulant.
    Sous la croûte des os, la susbtantifique moëlle.

    février 15, 2008 à 10 h 43 min

  41. Ourko

    Sous le macadam des villes, tout un réseau d’indispensables tuyaux.
    (La ville aussi a ses « racines »)

    février 15, 2008 à 10 h 46 min

  42. Ourko

    Sous la jupe de ta mère, un lointain souvenir.

    février 15, 2008 à 10 h 47 min

  43. Louise je ne veux plus
    Que tu passes la nuit
    En bas de l’avenue,
    Sous un parapluie.

    février 15, 2008 à 13 h 54 min

  44. Georges Brassens

    Ça me fait penser :
    Sous un parapluie, un coin d’Paradis.
    (Tiens, j’en f’rai bien une chanson)

    février 15, 2008 à 14 h 27 min

  45. Bouddha

    Sous un figuier, l’Illumination.

    février 15, 2008 à 14 h 28 min

  46. sobelo

    Vas-y Georges ça sent le tube.

    février 15, 2008 à 14 h 29 min

  47. Newton

    Sous le pommier, la loi de la gravité.

    février 15, 2008 à 14 h 29 min

  48. sobelo

    MDR en mm temps !!

    février 15, 2008 à 14 h 30 min

  49. Isaac Newton

    Sous un pommier,aussi !

    février 15, 2008 à 14 h 30 min

  50. Vincent

    Sous un noyer, faut se méfier !

    (Pour info : une substance produite par l’arbre, la juglandine, peut provoquer de sérieux maux de tête à ceux qui s’aventurent à y faire la sieste)

    février 15, 2008 à 14 h 31 min

  51. Vincent

    Sous un cocotier, aussi, faut se méfier !

    février 15, 2008 à 14 h 35 min

  52. Ourko

    Ouiiiii, il y tombe parfois de vieux Rolling Stones !
    (Comprenne qui pourra !)

    février 15, 2008 à 14 h 36 min

  53. Gene Kelly

    Sous la pluie, moi, surtout pas de parapluie pour faire un tube !!!

    février 15, 2008 à 14 h 38 min

  54. Vincent

    Tiens, encore une preuve (s’il en fallait) que le bon Georges a bel et bien fini par oublier le PP :
    « Chanter sous la pluie » est en effet bien plus « préhistorique » que sous un parapluie !
    😉

    février 15, 2008 à 14 h 41 min

  55. Vincent

    Sous le feu, les cendres.
    Sous les cendres, la braise.

    février 16, 2008 à 11 h 25 min

  56. Vincent

    Sous la couette, une larve (surtout quand la matinée est grasse)

    février 18, 2008 à 15 h 45 min

  57. Ourko

    Mais non… Sous la couette, une oreille ! 😉

    février 18, 2008 à 15 h 46 min

  58. Amélie

    Juste sous l’oreille, un p’tit bisou

    février 18, 2008 à 16 h 47 min

  59. Amélie

    Sous le petit bisou, beaucoup d’amour

    février 18, 2008 à 16 h 48 min

  60. Barbarella

    Sur l’amour, une couette pudique

    février 18, 2008 à 16 h 49 min

  61. Amélie

    Sous la pudeur, le respect de l’autre

    février 18, 2008 à 16 h 55 min

  62. Amélie

    Sous la couette, un épais tapis d’épines de pin

    février 18, 2008 à 17 h 24 min

  63. Amélie

    Sur les épines, une peau picotée

    février 18, 2008 à 17 h 25 min

  64. Amélie

    Sous les picots, des sens alarmés

    février 18, 2008 à 17 h 52 min

  65. Barbarella

    juste avant l’essence, l’existence 😉

    février 18, 2008 à 17 h 53 min

  66. Vincent

    Sous les mots, le silence.

    février 19, 2008 à 13 h 52 min

  67. amélie

    Sous le silence, une puissance de mots retenus.

    février 19, 2008 à 14 h 45 min

  68. amélie

    Sous la retenue, souvent plus de crainte que de sagesse.

    février 19, 2008 à 14 h 46 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s